Nanterre : Johan Passave-Ducteil balaie l'actu de la JSFN

le
0
Nanterre : Johan Passave-Ducteil balaie l'actu de la JSFN
Nanterre : Johan Passave-Ducteil balaie l'actu de la JSFN
Johan Passave-Ducteil, vous êtes quelqu'un de particulièrement apprécié du public. Comment l'expliquez-vous ?
Je n'ai pas changé grand-chose. C'est vrai que mon duel face à Alexis Ajinça m'a mis dans la lumière (ndlr : lors de la finale de la Pro A la saison passée) et il y a eu ce qu'on a fait collectivement. Si je suis devant vous ce soir (lundi), c'est grâce aux résultats de l'équipe.
Echouer aux portes du Top 16 européen, ce n'est pas trop rageant ?
Non, on n'avait pas de regrets. On n'est pas encore suffisamment armé pour pouvoir aller en Top 16. On aurait pu grâce à notre volonté et notre énergie, mais en toute honnêteté, au point où on en est physiquement, il manque encore un truc.
Physiquement ?
Oui, je parle vraiment physiquement. Parce qu'au niveau des déplacements, même au niveau des infrastructures, je pense qu'il nous manque encore quelque chose avant de vraiment pouvoir penser au Top 16.
 
Qu'est ce qu'il manque au niveau des infrastructures ?
En disant ça, je pèse mes mots. Par exemple, le CSKA Moscou a son jet privé pour les déplacements. Ils sont dans une autre galaxie. Bien sûr, Nanterre ne va pas devenir le CSKA du jour au lendemain mais il y a une réalité. On n'était pas armé pour enchaîner les matchs en Top 16. Le bus et les voyages en classe éco, c'est sympa. Mais à un moment, ils ont des moyens qui font que leur seul souci, c'est de jouer au basket.
 
« Au niveau européen, on est là où on voulait être »

 

Quels ont été les mots de Pascal Donnadieu pour vous remotiver après l'élimination en Euroligue ?
On avait bien vu qu'on était trop juste pour le Top 16 mais que l'ont voulait quand même faire quelque chose au niveau européen. L'Eurocoupe tombe bien pour nous. Si on se donne les mêmes moyens que l'on s'est donné pour tenter d'intégrer le Top 16, on peut faire quelque chose de grand. La preuve, on en est déjà à deux victoires. Même si nos résultats en Pro A ne correspondent pas encore à ce que l'on espérait, au moins, au niveau européen, on est là où on voulait être.
Quels sont vos objectifs dans cette compétition ?
Sans langue de bois, on n'a rien défini. Comme d'habitude, on va dans la compétition tête baissée et on fera les comptes après.
Vous ne vous dites pas que vous pouvez quand même l'avoir ce titre ?
Le titre, je ne sais pas. Mais déjà, si on pouvait sortir du groupe en ayant la première place, ce serait intéressant.
Vous disiez la même chose en Pro A la saison dernière, Au final, vous avez terminé champion?
D'accord ! Sauf que la saison dernière, il ne faut pas l'oublier, on n'avait pas fait une si bonne saison que ça. On a fini 8eme avec un bilan de 15-15.
Et puis votre statut a peut-être changé, non ?
Aussi ! On a fait un meilleur début de saison que celui de l'année passée puisqu'on est qualifié pour la Disney Cup. Ca veut donc vraiment dire qu'on a franchi un cap. Mais si on regarde bien, on est sur trois défaites consécutives et tout n'est pas rose.
Que s'est-il passé après la victoire à Barcelone ?
On termine 8eme de la saison régulière, on gagne le titre de champion de France. A ce moment-là, on se dit qu'être champion de France de Pro A, c'est ce qu'il peut nous arriver de mieux ! En Euroligue, on va battre Barcelone là bas et là on se dit : « Mais qu'est-ce qu'il se passe ? » (sourire). Pour moi, c'était une finale d'Euroligue. C'est devenu le meilleur moment de ma carrière.
 
A ce point-là ?
Oui, parce que c'est Barcelone ! On ne peut plus nous l'enlever, c'est ancré.
Jouer à la Halle Carpentier et non pas à la maison, ça ne vous dérange pas ?
Pour moi, la Halle Carpentier, c'est à la maison ! Je suis du 13eme. C'est là-bas que j'ai commencé, j'ai fait pas mal de sport avant de faire du basket. Pour moi, c'est comme à la maison, il faut juste s'approprier la salle, inciter les gens à venir.
 
« Je suis nanterrien et je suis très bien là où je suis »
 
Quand on vous entend, on se dit que le maillot de Nanterre va vite devenir trop petit pour vous.
Je n'ai jamais caché mon envie d'avoir une expérience européenne. J'ai toujours répondu avec honnêteté. C'est juste que là, ce n'est pas le moment. Je suis en pleine campagne européenne, tout se passe bien avec mon club. Ce n'est pas dans mon esprit à l'heure actuelle. Pour l'instant, je voudrais qu'on gagne en Pro A, qu'on gagne demain (ndlr : mardi) en Eurocoupe (face à Ulm), et qu'on fasse la meilleure saison possible. Après on verra. Ce sont des choses dont on va discuter à la fin. Pour l'instant, je suis nanterrien et je suis très bien là où je suis.
Avez-vous reçu des propositions d'autres clubs, en France ou en Europe ?
Quand on a gagné le titre de champion de France, j'étais en fin de contrat. Donc oui, j'ai eu des propositions de clubs qui étaient intéressés. Mais à ce moment-là, c'était impossible de partir, après avoir remporté le titre avec Nanterre, pour ne pas disputer l'Euroligue. Je n'aurais pas signé dans un autre club de Pro A pour faire la même chose qu'avec Nanterre plutôt que de rester dans la continuité de la saison dernière.
 
 
Ça dépend de qui frappe à la porte ?
Des échos que j'ai eus, d'après mon agent, il ne s'agissait que de clubs qui aspiraient à des grandes choses, mais qui n'avaient rien à me proposer concrètement.
Mardi soir face à Ulm, c'est une sorte de finale du groupe en Eurocoupe ?
On va jouer une équipe de pistoleros qui mettent 100 points sans prolongation donc ça va faire drôle surtout que défensivement en ce moment, on n'est pas bien.
Mais quand on a battu Barcelone, Ulm fait quand même moins peur?
On n'est plus du tout dans le même contexte, il n'y a plus l'effet de surprise. Maintenant, je pense que les équipes savent qui nous sommes. On est attendus, surtout en Pro A. En Europe, on est encore une équipe surprise mais avec ce qu'on a fait en Euroligue, les équipes d'Eurcoupe savent qui on est. L'effet de surprise est estompé.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant