Nancy : un jeune Malien en passe d'être expulsé après des tests osseux

le
2
Nancy : un jeune Malien en passe d'être expulsé après des tests osseux
Nancy : un jeune Malien en passe d'être expulsé après des tests osseux

Boua Traoré est un orphelin malien arrivé à Nancy (Meurthe-et-Moselle) il y a quelques mois, en juillet 2014. Selon son acte de naissance officiel, il né le 25 décembre'99 et a donc quinze ans. Mais «l'Est Républicain» rapporte que son âge a changé du jour au lendemain. Le 15 octobre dernier, le tribunal pour enfants lui a en effet attribué une nouvelle date de naissance, le 1er octobre'95, suite à des résultats de tests osseux.

En France, tout mineur a le droit d'être nourri, logé et scolarisé et ne peut pas être expulsé. Mais régulièrement, de jeunes étrangers isolés sont soumis à des tests osseux censés déterminer leur âge. Des examens que dénoncent les associations de défense des sans papiers. Désormais majeur, Boua Traoré est en passe d'être expulsé.

La décision du tribunal pour enfants a donc changé le quotidien de Boua : l'Aide sociale à l'enfance (ASE) qui hébergeait jusqu'ici le mineur l'a mis à la porte. En décembre, l'inspection académique a fait savoir qu'il ne pouvait plus être scolarisé au collège Emile-Gallé d'Essey-lès-Nancy. 

Réseau Éducation sans Frontières, qui a pris fait et cause pour le jeune homme, a manifesté lundi matin devant l'inspection. Jeannette Vallance, sa présidente, estime «qu'on ne peut remettre en cause l'authenticité d'un acte de naissance s'il n'a pas été soumis au bureau de la fraude administrative». La responsable précise par ailleurs qu'une procédure d'appel contre la décision du tribunal est en cours et qu'il serait judicieux d'en attendre les conclusions, prévues le 30 janvier prochain. André Tosser-Roussey, président de la Ligue des droits de l'Homme à Nancy, a lui émis des doutes sur la viabilité des tests «unanimement contestés d'un point de vue scientifique» selon lui. Des arguments qui n'ont pas convaincu l'inspection académique, qui reste sur sa position.

Boua, qui bénéficie également du soutien des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KAFKA016 le mardi 6 jan 2015 à 15:41

    On ne dit pas sans papier on doit dire clandestin!

  • M1531771 le mardi 6 jan 2015 à 15:37

    Bye bue...!!! Bon retour !