Nancy : le couple qui avait acheté un bébé obtient un droit d'hébergement

le
0
Nancy : le couple qui avait acheté un bébé obtient un droit d'hébergement
Nancy : le couple qui avait acheté un bébé obtient un droit d'hébergement

Un couple de Meurthe-et-Moselle, qui avait acheté un nourrisson à une mère qui souhaitait l'abandonner, puis se l'était fait retirer par les services sociaux, a finalement obtenu l'hébergement du bébé par une décision de justice. «C'est une première, une décision unique qui pourrait faire jurisprudence et relancer le débat sur les mères porteuses. L'intérêt de l'enfant a primé, la décision du juge est particulièrement courageuse», a commenté l'avocate du couple, Me Caroline Depretz.

Le couple, âgé de 27 et 26 ans et qui ne pouvait pas avoir d'enfant, avait été mis en relation par des intermédiaires véreux avec une femme de nationalité roumaine, déjà mère de plusieurs enfants et qui ne souhaitait pas garder l'enfant qu'elle portait après la naissance. «Les intermédiaires étaient des personnes peu scrupuleuses à la tête d'un trafic. Mes clients, gitans, étaient des proies idéales : ils vivent dans un monde à part et ne se rendent pas compte des procédures à respecter», a expliqué l'avocate.

«L'enfant, qui était jusqu'alors vif et éveillé, a rapidement dépéri»

Le petit Tony, né en mai 2013 à Marseille, avait été immédiatement confié à ses adoptants pour 8000 euros et une BMW d'occasion. En septembre, deux des organisateurs de ce réseau de trafic d'enfants avaient été interpellés puis placés en détention provisoire, soupçonnés de «traite d'êtres humains».

L'instruction judiciaire menée à Marseille avait ensuite conduit à l'interpellation du couple de Meurthe-et-Moselle, à sa mise en examen et son placement sous contrôle judiciaire.

VIDEO. Une information judiciaire avait été ouverte en août 2013

L'enfant qu'ils avaient frauduleusement adopté avait alors été placé par les services sociaux dans une pouponnière de Nancy. «Mais l'enfant, qui était jusqu'alors vif et éveillé, a rapidement dépéri. Il s'est tellement renfermé que les services sociaux ont craint que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant