Nancy - Alain Weisz : " Pas dans la même catégorie que Limoges et Strasbourg "

le
0
Nancy - Alain Weisz : " Pas dans la même catégorie que Limoges et Strasbourg "
Nancy - Alain Weisz : " Pas dans la même catégorie que Limoges et Strasbourg "

Demi-finaliste des deux dernières saisons de Pro A, le SLUC Nancy va une fois de plus tenter d'avancer dans l'ombre des géants Limoges et Strasbourg en 2015-16. Avec le secret espoir de créer la surprise.

Alain Weisz, vous débutez la saison ce vendredi par un match à Nanterre, pas facile…
Ça commence par du  lourd. La dernière fois qu’on a joué Nanterre, c’était en quart de finale des play-offs. C’est une équipe de grande qualité, qui a renouvelé elle aussi son effectif, mais qui reste totalement ambitieuse, comme elle l’était depuis trois saisons maintenant. C’est un premier match, et c’est toujours important de bien commencer, mais ce n’est pas la meilleure des choses de jouer Nanterre à l’extérieur.

D’autant que vous allez jouer dans la petite salle de Rueil-Malmaison, pour cause de travaux au Palais des Sports Maurice-Thorez…
C’est une petite salle que je connais bien, car je suis resté vingt ans dans les Hauts-de-Seine. Ça va restreindre le public, et ça met les deux équipes sur un terrain presque neutre, si ce n’est les encouragements du public pour Nanterre, puisque nous n’avons pas de supporters sur place. Ils n’ont pas l’habitude de s’entraîner dans cette salle, c’est un élément du match.

Vous avez terminé la pré-saison avec un bilan de cinq victoires pour cinq défaites, est-ce inquiétant ?
Les matchs de préparation n’ont pas beaucoup de valeur. Ce sont plus des exercices qu’une recherche véritable de la victoire, que ce soit pour nous ou pour les adversaires. Ce n’est pas probant. En revanche, le match qu’on a joué contre Strasbourg en Coupe de France, c’était un match officiel (victoire 77-69 en 1/16 de finale, ndlr). C’était un match référence, une bonne victoire, qui nous a permis de voir que les joueurs avaient digéré la préparation physique importante qu’on avait faite. Je ne peux pas dire grand chose tant que les matchs n’ont pas commencé et qu’on ne s’est pas mesuré à des équipes qui ont beaucoup changé.

« Je ne peux pas jouer les prophètes »

Votre recrues Andy Panko, Derek Raivio ou encore Javon McCrea ont l’air de s’être bien intégrées, au vu des statistiques…
Ce sont des éléments de matchs de pré-saison, seront-ils confirmés dans les matchs officiels, je ne sais pas, je ne peux pas jouer les prophètes. A noter que McCrea est sous contrat jusqu’au 15 novembre (en remplacement de Randal Falker, touché au genou, ndlr).

L’absence de Florent Pietrus pendant la majeure partie de la préparation pour cause d’Eurobasket a-t-elle été préjudiciable ?
On n’avait pas le choix. C’est la troisième pré-saison que ça se passe comme ça, donc on s’adapte.

La polémique liée à son vrai-faux départ cet été est-elle oubliée ?
Je n’ai aucun commentaire à faire là-dessus.

Le SLUC reste sur deux demi-finales d’affilée et neuf participations aux play-offs en dix saisons, mais n’est jamais cité parmi les candidats au titre, comment l’expliquez-vous ?
Il n’y a que trois équipes qui ont été en demi-finale ces deux dernières années, c’est Limoges, Strasbourg et Nancy. Ça montre à quel point on a fait deux belles saisons, mais on ne fait pas partie de la même catégorie que Limoges et Strasbourg, on n’a pas du tout un budget comparable. Ce sont des équipes qui ont une marge considérable en termes d’effectif. Nous, on lutte, et ça fait deux années successives qu’on fait une bonne saison.

Vous avez franchi la première phase de poules de l’Eurocoupe la saison passée, vous allez tenter d’en faire de même cette saison (Valence, Saragosse, Ulm, Charleroi et Venise sont dans le même groupe, ndlr) ?
On va essayer de gagner des matchs, mais ça dépend beaucoup de la qualité de l’adversaire aussi, il ne suffit pas de bien travailler nous-mêmes, c’est une compétition. On ne connait pas encore véritablement nos adversaires, puisque ni le championnat d’Espagne, ni celui d’Italie, ni celui d’Allemagne n’ont commencé. Donc on va voir, mais l’Eurocoupe, c’est une coupe de très haut niveau. 

L’effectif de Nancy 2015-16 : Derek Raivio (USA, 30 ans), Randal Falker (USA, 30 ans), Benjamin Sène (FRA, 21 ans), Andy Panko (USA, 37 ans), Bandja Sy (FRA, 25 ans), Florent Pietrus (FRA, 34 ans), Javon McCrea (USA, 22 ans), Alexis Thomas (FRA, 20 ans), Alando Tucker (USA, 31 ans), James Bell (USA, 23 ans), Geoffrey Delarboulas (FRA, 19 ans), Thomas Grun (LUX, 20 ans).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant