Najat Vallaud-Belkacem s'attaque à l'homophobie dans le sport

le
0
Najat Vallaud-Belkacem s'attaque à l'homophobie dans le sport
Najat Vallaud-Belkacem s'attaque à l'homophobie dans le sport

La ministre de la Jeunesse et des Sports Najat Vallaud-Belkacem a annoncé, vendredi, la nomination d'une personnalité chargée de «la lutte contre l'homophobie dans le sport». Il s'agit de l'ancienne athlète et ex-directrice technique nationale de la Fédération française de pentathlon, Maguy Nestoret-Ontanon. Sa mission a pour objectif de «structurer» et «amplifier» la mobilisation du monde sportif contre la discrimination sexuelle.

«A l'occasion de la journée internationale de lutte contre l'homophobie le 17 mai, je souhaite structurer et amplifier, en lien avec l'ensemble des acteurs du mouvement sportif, la mobilisation contre ce type d'atteintes aux droits et à la dignité des personnes», a annoncé la ministre dans un communiqué.

Les actes homophobes ont fait un bond de 78% en 2013

Parmi ses missions, Maguy Nestoret-Ontanon sera chargée du «suivi de la charte contre l'homophobie dans le sport», lancée en 2010 par les autorités, et de «sa mise en ?uvre dans les fédérations». Outre son rôle de sensibilisation et de prévention, elle devra «produire un rapport annuel» évaluant l'ampleur du phénomène et «formuler des propositions».

Selon le rapport annuel de l'association SOS Homophobie, les actes homophobes ont fait un bond de 78% en 2013 en France par rapport à l'année précédente. L'association y voit une conséquence des débats passionnés et des polémiques sur le mariage homosexuel.

Quelques sportifs, tels que l'ex-star du football féminin Marinette Pichon ou l'ancienne joueuse de tennis et actuelle capitaine de l'équipe de France de Fed Cup Amélie Mauresmo, ou encore l'ancien coéquipier de Michel Platini à Nancy, le footballeur Olivier Rouyer, ont dévoilé leur homosexualité pour briser la loi du silence. Mais le tabou reste très important notamment dans le foot masculin et le rugby. Cette initiative du ministère intervient après la création de l'observatoire des violences sexuelles dans le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant