Najat Vallaud-Belkacem part en guerre contre le décrochage scolaire

le
42
Najat Vallaud-Belkacem part en guerre contre le décrochage scolaire
Najat Vallaud-Belkacem part en guerre contre le décrochage scolaire

Le président de la République veut réduire de moitié le nombre de décrocheurs scolaires. La ministre de l'Education nationale nous dévoile, en exclusivité, un plan de lutte interministériel.

La lutte contre le décrochage avait déjà été annoncée il y a deux ans. Qu'est-ce qu'il y a de nouveau ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM : Il s'agit cette fois d'un véritable pilotage national qui se donne les moyens : 50 M¤ par an. Il faut traiter à la fois la prévention du décrochage (qui a toujours plus d'effet que la réparation), le raccrochage et la remédiation. On va donc former les enseignants à détecter précocement les difficultés scolaires, associer les parents à cette démarche comme on les associera au parcours scolaire et à l'orientation de leur enfant, y compris avec des formations à une meilleure connaissance de l'institution scolaire pour ceux qui en éprouvent le besoin.

L'avis des parents sera d'ailleurs obligatoire pour le redoublement, qui sera exceptionnel dès la rentrée 2015 ?

Oui, le décret paru aujourd'hui (NDLR : hier) limite le redoublement aux seules situations qui le justifient (rupture prolongée de la scolarité pour maladie par exemple ou encore choix délibéré de refaire l'année pour obtenir l'affectation demandée). Dans les autres situations, il faut privilégier le traitement des difficultés et du décrochage en cours d'année.

Est-ce que les enseignants en auront les moyens ?

Ils auront une formation au repérage des signes annonciateurs du décrochage et des outils pédagogiques pour y faire face. La prévention fera désormais partie intégrante de leur mission. Des référents décrochage seront présents dans chaque établissement. Le suivi des absences sera amélioré.

Que proposez-vous concrètement aux élèves en difficulté ?

D'abord, en cas de rupture ponctuelle de la scolarité, un lien systématiquement maintenu avec au moins un enseignant pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mim69005 le samedi 22 nov 2014 à 06:18

    Quand on veut éviter la vérité du diagnostic, il suffit de casser le thermomètre. Et c'est ce qu'elle est en train de faire en supprimant les notes. Le nivellement par le bas a toujours été le credo des dictatures, qu'elles soient militaires ou intellectuelles.

  • slivo le vendredi 21 nov 2014 à 23:40

    Elle fait son Djihad ?

  • M8354217 le vendredi 21 nov 2014 à 22:44

    Elle se soucie de ses semblables. C est bien...

  • mark92 le vendredi 21 nov 2014 à 21:19

    Elle parle pour elle ??

  • M3366730 le vendredi 21 nov 2014 à 21:19

    Encore des fonctionnaires en + et pour quel résultat, il serait temps d'en remettre une partie au travail, les 18 heures par semaine pour une majorité cela devrait être remis en cause....Il conviendrait également de remettre au travail tous les syndicalistes à plein temps de l'éducation nationale.

  • Gary.83 le vendredi 21 nov 2014 à 18:36

    le coran , télé loisir , rien à voir avec Flaubert, Diderot, Zola, Racine, Molière, St Ex, Vian, etc etc ...

  • Gary.83 le vendredi 21 nov 2014 à 18:33

    certainement la meilleur ministre ??? ah ah orthographe de CE1 ???? allez coucher !!

  • Gary.83 le vendredi 21 nov 2014 à 17:52

    et que dit elle des lycées transformés en lieux de prière islamiques ?? non ? elle élude !

  • Gary.83 le vendredi 21 nov 2014 à 17:51

    au moins elle , elle redoublera pas !cà c'est sur et son copain Hollande non plus !!!

  • M1961G le vendredi 21 nov 2014 à 17:49

    NAJAT VALLAUD-BELKACEM devrait peut être envisager de mettre des crs dans certaines écoles . les professeurs en ont mare de vouloir enseigner dans des écoles ou les élèves refusent d'apprendre . on ne peut pas obliger un élève à apprendre . NAJAT VALLAUD-BELKACEM est naïve et sait très bien que dans certaine école , on ne peut rien faire .