Naismith torpille Chelsea

le
0

Entré en jeu à la place d'un Besic rapidement blessé, Steven Naismith a atomisé Chelsea grâce à un triplé parfait (pied gauche, pied droit et tête). Fébriles, les Blues concèdent leur troisième défaite en cinq journées (3-1). Logique.

Everton 3 - 1 Chelsea

Buts : Naismith (17e, 22e et 82e) pour les Toffees // Matic(36e) pour les Blues

Et de 12 : en en prenant 3 dans le buffet aujourd'hui, Chelsea affiche 12 buts encaissés en 5 matchs de championnat. Une équipe coachée par José Mourinho. Folie. Roberto Martinez, lui, est un génie. Alors, quand le destin lui donne un coup de main, ça fait ficelle, trois fois. De la tête, du gauche, du droit, Naismith, remplaçant contraint, a tué Chelsea. Folie. Goodison a vibré et les bleus de Liverpool vont chanter longtemps : cet après-midi, les Toffees pointent temporairement à une 5e place largement méritée au vu du match livré. Du côté des bleus de Londres, ça va se pinter pour ne pas y croire, ce soir : le champion est 15e avec un match de plus.

La blessure qui change tout


Pourtant, au coup d'envoi, les Blues, en blanc, affichent une belle feuille avec de la jeunesse, de l'expérience, des caresses, des claques et surtout beaucoup, beaucoup de talent. Du côté d'Everton, la composition de départ ne vaut pas grand chose : elle est modifiée dès la 4e et la blessure de Besic. A la 17e son remplaçant, Naismith, catapulte de son crane bien rasé le ballon dans les filets de Begovic. A l'initiative et à la conclusion de l'action, il valide alors la maîtrise locale. Qui se transforme en franche domination car derrière, ça pousse fort. 1 fois, 2 fois, le dernier Bosnien sur le terrain repousse. Mais il ne peut rien contre la puissance de Naismith qui paye son doublé 4 minutes plus tard d'une belle frappe croisée. Les Toffees sont à l'aise, Chelsea débordé. Alors il s'en remet à ses artistes. Hazard évidemment, toujours intéressant dans ses prises de balle, mais surtout Matic : à la 35e et de 25 mètres, il déglingue la lucarne d'un Tim Howard planté dans le gazon. Derrière Chelsea reprend, un peu, confiance, Goodison Park s'éteint. Mourinho, lui, à la tête de celui qui encaisse. Son équipe propose peu collectivement, son pressing est inexistant, au contraire de celui exercé par Everton. Les Blues du jour emportent la première manche 2-1 et c'est mérité.

One, two, three, viva Stevie


Le scénario ne varie pas avec la mi-temps. Everton continue son gros pressing, Lukaku fait parler sa puissance. Chelsea ne sait plus quoi faire : le Brésilien Kenedy remplace Obi Mikel, Terry passe…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant