Nainggolan offre le titre à la Juve

le
0
Nainggolan offre le titre à la Juve
Nainggolan offre le titre à la Juve

Grâce à un but de Nainggolan en fin de match (1-0), la Roma revient à deux points de Naples pour la deuxième place et offre le titre à la Juventus.

AS Rome 1-0 Naples

But : Nainggolan (89e) pour la Roma

Pour sa première saison, Maurizio Sarri aura réussi sur le banc de Naples. Son équipe, emmené par un super Gonzalo Higuain, devrait finir sur le podium, après avoir longtemps cru lutter avec une Juventus surpuissante et beaucoup trop complète pour le reste du championnat italien. Mais le technicien italien ne s'en satisfera sûrement pas. Ses prochaines nuits seront hantées par deux matchs. La défaite au Juventus stadium, où Zaza offre la victoire aux Bianconeri à la dernière minute d'une frappe de loin qui leur permet alors de repasser en tête, et cette victoire de la Roma, avec un but du ninja Nainggolan. Encore à la 89e, Mohamed Salah dans la surface attire toute l'attention avec ses feintes de corps pour mieux donner en retrait au Belge qui fusille dans le petit filet sans se poser de questions. Il reste trois journées et deux points aux Napolitains pour garder leur deuxième place. Au moins, le suspense est relancé.

Grosse parade de Szczesny


Sous le plein soleil romain, Spaletti insiste avec sa stratégie de 2006, celle où il jouait sans attaquant, avec Totti en remiseur. Au détail près que Totti est désormais sur le banc. C'est qu'il a mathématiquement dix ans de plus, en même temps. Pour Naples, Gonzalo Higuain est de retour après ses trois matchs de suspensions. De par ses appels, il montre clairement que, même si Gabbiadini a fait du bon boulot en son absence, il est l'attaquant numéro 1 de ce championnat. Ses appels de balle de prédateur font trembler la paire Manolas-Rudiger d'emblée. Il se procure une bonne occase à la demi-heure mais tombe sur un Szczesny qui sort un gogo-gadget au bras pour garder sa cage inviolée. Suffisant car autour, Naples a toujours les mêmes problèmes : Mertens a une bonne vision du jeu mais un sacré caractère qui n'incite pas ses partenaires à se tuer pour ses ouvertures, Callejon sait se faire très discret alors qu'Hamsik a peut-être plus de look mais pas plus de talent que Fabien Lemoine... Heureusement, derrière, c'est costaud, à l'image de cette double intervention Ghoulam-Koulibaly sur une offensive des locaux. Deux tacles coups sur coups, qui donnent lieu à deux cartons jaunes, certes, mais qui passent…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant