Nager avec les baleines : entre business des tour-opérateurs et risques potentiels

le
0
Nager avec les baleines : entre business des tour-opérateurs et risques potentiels
Nager avec les baleines : entre business des tour-opérateurs et risques potentiels

On les appelle les « swim with » trips : moyennant 128 dollars, il est possible de nager avec les baleines en Australie. Une expérience « eye-to-eye » qui fait le bonheur des touristes.

En effet, lorsque l'hiver approche, ce sont pas moins de 22 000 baleines à bosse qui sont attendues sur la côte est de l'Australie, où elles migrent vers leurs aires de reproduction cachées dans la Grande Barrière de corail. De nombreux tour-opérateurs proposent d'assister aux premières loges de ce spectacle incroyable. Les organisateurs de ces activités assurent qu'aucun risque n'est encouru. Mais ce n'est pas l'avis des spécialistes de la mer, à qui le quotidien britannique The Guardian a donné la parole.

Comportements imprévisibles

Selon Wally Franklin, un scientifique qui observé le comportement des baleines de Hervey Bay (l'un des sites les plus réputés pour observer les cétacés) pendant plus de 20 ans, toute personne approchant les baleines (qu'elle soit sur une plateforme, dans un filet ou en nage libre) devrait considérer deux risques.

Le premier concerne l'aspect imprévisible du comportement de certains mammifères :  « Il peut y avoir un danger à se trouver face à de jeunes baleines, qui par définition, sont encore en train d'apprendre à être des baleines ». Le second : « Certains requins pourraient avoir suivi les baleines dans leur migration. Compte tenu des attaques de requins recensées au large de la côte est australienne, personnellement je ne m'aventurerais pas à nager avec eux... », ajoute-t-il.

Filets de sécurité et boucliers électroniques

Mais les organisateurs de ces « swim with » trips jurent que toutes les précautions sont prises. Certaines agences proposent aux touristes d'approcher les baleines en étant « protégés » par un filet quand d'autres mettent à disposition de leur clientèle lignes de flottaison et boucliers électroniques.

Phil House, un plongeur investi dans une mission ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant