Nadine Morano : «Le triumvirat Fillon-Juppé-Raffarin n'a aucune légitimité»

le
0
Nadine Morano : «Le triumvirat Fillon-Juppé-Raffarin n'a aucune légitimité»
Nadine Morano : «Le triumvirat Fillon-Juppé-Raffarin n'a aucune légitimité»

Ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, déléguée générale chargée des élections à l'UMP, et nouvelle élue au Parlement européen, Nadine Morano charge violemment la présidence transitoire de l'UMP.

Avec le recul, comment avez-vous vécu ce bureau politique où Jean-François Copé semblait seul contre tous ?

Nadine Morano. Le bureau politique s'est tenu dans une atmosphère de fébrilité et d'agressivité. Je ne peux cautionner la sortie de crise qui s'est dessinée à ce moment-là, tout simplement parce qu'elle n'est en rien conforme à nos statuts. Nous devons faire fonctionner notre parti politique. Or juridiquement, dans la situation actuelle, il est bloqué !

Concrètement, vous dites que l'UMP est dans une situation de blocage ? Rien n'est réglé avec le départ de Copé ?

Non, concrètement c'est le vice-président, Luc Chatel, qui doit assurer l'intérim jusqu'au congrès. C'est la seule voie juridique possible. Nous avons des commissions d'investiture pour les élections sénatoriales à tenir dans les jours à venir, les salaires des permanents à payer, etc.

Vous ne reconnaissez donc pas la légitimité du triumvirat Juppé-Fillon-Raffarin pour diriger temporairement l'UMP ?

En l'état, je le répète, c'est impossible. Ce ne peut être, à la rigueur, qu'une équipe informelle qui entoure le président par intérim, mais qui ne dispose pas de légitimité. Cela ne pouvait être qu'eux pour diriger provisoirement le parti ? Seuls ? En aucun cas ! Après la crise de l'élection interne de novembre 2012, nous nous sommes dotés de nouveaux statuts. J'observe que ceux qui les réclamaient avec vigueur les bafouent aujourd'hui. Je ne peux accepter cette situation qui nous met dans l'illégalité.

Vous semblez exaspérée...

Comment ne pas l'être ! Je pense à nos militants qui portent des convictions avec sincérité et désintérêt et qui ont contribué par leur générosité, avec bien souvent de faibles moyens, à régler ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant