Nadine Keßler : "Les Lyonnaises sont des compétitrices hors-normes"

le
0
Nadine Keßler : "Les Lyonnaises sont des compétitrices hors-normes"
Nadine Keßler : "Les Lyonnaises sont des compétitrices hors-normes"

Lauréate du Ballon d'Or en 2014, Nadine Keßler, 28 ans, a malheureusement dû mettre un terme à sa carrière au printemps dernier en raison d'une grave blessure au genou. Avant la finale de Ligue des champions féminine qui oppose cette année l'Olympique Lyonnais à son ancien club, le VfL Wolfsburg, l'ancienne internationale allemande se confie.

Après une première partie de carrière ponctuée par de nombreux titres en club et avec la sélection allemande, vous avez récemment dû annoncer votre retraite en raison d'une grave blessure au genou que vous n'arriviez pas à soigner. Une décision que vous avez mis du temps à prendre.
Oui, cela a été un très long processus. Je suis maintenant blessée depuis presque deux ans. J'ai subi cinq opérations au genou. J'ai essayé plusieurs fois de revenir. Je suis allée voir plusieurs médecins, j'ai testé plusieurs traitements, mais cela n'a jamais vraiment marché. En avril, je me suis rendue compte que j'avais besoin de prendre une décision et de réaliser que ma vie devait continuer. J'ai parlé aux dirigeants de Wolfsburg, puis aux médecins, qui m'ont conseillée d'arrêter ma carrière.

C'est en plus une blessure qui vous gêne aussi dans votre vie quotidienne.
Oui, durant ces deux dernières années, j'ai même éprouvé des difficultés à marcher. Ma vie était devenue beaucoup plus compliquée, je ne pouvais plus faire certaines choses. Et la douleur était toujours très vive. La dernière opération que j'ai subie me permet enfin de souffrir moins, mais quand je vois tout le chemin que j'ai encore à parcourir pour aller mieux, il n'y avait vraiment aucune chance pour que je puisse à nouveau penser au football.

Avez-vous déjà des idées pour la suite de votre carrière ?
Je souhaite rester dans le monde du football, c'est certain, mais je vais déjà finir ma rééducation, prendre du temps pour moi. J'ai besoin de réaliser que ma carrière de footballeuse professionnelle est vraiment terminée. Durant l'été, je prendrai sans doute une décision. Je dois juste trouver un métier dans lequel je suis aussi bonne que sur un terrain (rires).

Vos anciens entraîneurs vous définissent comme un leader, mais aussi comme une joueuse très intelligente sur le terrain, qui s'intéresse de près à la tactique. Vous voyez vous devenir coach plus tard ?
Je me vois bien être coach, même si pour le moment je ne peux pas trop jouer, donc je vais devoir attendre la fin de ma rééducation. Mais oui, je pense passer ma licence. C'était un plan que j'avais déjà en tête avant ma blessure.

[SPAN…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant