Nadal : "Si une équipe en Espagne peut le faire, c'est le Barça"

le
0
Nadal : "Si une équipe en Espagne peut le faire, c'est le Barça"
Nadal : "Si une équipe en Espagne peut le faire, c'est le Barça"

Tour de contrôle du FC Barcelone dans les années 90, Miguel Angél Nadal donne ses impressions sur le huitième de finale de C1 entre son Barça et le PSG, avant d'entamer la deuxième opposition au Nou Camp. Un match loin d'être gagné d'avance pour Paris.

Salut Miguel Angél. Pour commencer, qu'as-tu pensé du match aller ?
Bon, il est évident de dire que Paris nous était clairement supérieur. Non seulement au niveau du score, mais aussi dans le jeu, le physique, la technique, la tactique... Barcelone n'a pas trouvé de solution. Quand Paris contrôle la possession de balle, conquiert la majeure partie du terrain, les voir se procurer un maximum d'occasions de but devient logique, car le Barça peine à défendre. L'opposition faite ce soir-là était bien trop faible... C'était un Barça trop brouillon.

Le mérite en revient à Emery ou la faute est plus à mettre sur Luis Enrique ?
Du point de vue de l'organisation, celle du Paris Saint-Germain était bien plus autoritaire. Mais pour être franc, je pense que le Barça venait surtout de jouer ses rencontres précédentes à un niveau de jeu inférieur au prérequis. Quand tu joues le PSG ensuite, les erreurs se paient cash et les carences se voient vite. Le Barça voulait garder la balle, les transmissions étaient beaucoup trop lentes... Paris ne laissait pas circuler le ballon, et quand des joueurs incisifs cherchent à te prendre en contre, tu finis par subir. Les joueurs semblaient stressés aussi. C'était peut-être le plus mauvais moment pour jouer Paris...

Les missions remontada du Barça

Quels joueurs du Barça n'étaient pas au niveau ?
Sans viser quelqu'un, je pense que la défaillance est avant tout collective. Après le match, chaque joueur devait accepter cette déroute. D'après moi, les joueurs ont digéré cela, car leur jeu se synchronise sur les derniers matchs. Le Barça semble déjà mieux, et l'effectif joue un rôle là-dedans. Prenons l'exemple de Busquets, un joueur très important. On sait que cette année, il n'est pas aussi souverain. Pourquoi ? Parce que le milieu de terrain est en plein chantier : entre Gomes, Iniesta, Denis, Rafinha, Rakitic... Quel est le milieu de terrain type du Barça ? Il n'est pas défini. Et quand tu joues contre une équipe forte,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant