N.Karabatic : " On a rendu l'exploit banal "

le
0
N.Karabatic : " On a rendu l'exploit banal "
N.Karabatic : " On a rendu l'exploit banal "

Nikola Karabatic s'est exprimé devant la presse ce mercredi pour évoquer le championnat d'Europe 2016 qui débute le 15 janvier. Le demi-centre parisien est revenu sur ses motivations, la pression de la compétition européenne ainsi que l'augmentation du nombre des matchs qui pèsent dans le calendrier.

Nikola Karabatic, où allez-vous chercher la motivation face à des adversaires qui affrontent la meilleure équipe du monde ?
On a envie de rester cette meilleure équipe du monde, mais aussi de ne pas laisser les autres nous prendre notre place, c’est aussi simple que ça. Vouloir démontrer à chaque match, chaque compétition qu’on n’a pas perdu notre statut et qu’on fait partie des meilleurs. C’est le sport de haut niveau, c’est comme ça.

Est-ce qu’il y a de la pression ou de l’impatience avant ce championnat d’Europe ?
On a hâte de commencer, et en même temps hâte de profiter un petit peu de ces jours de calme avant la tempête car, quand on va commencer l’Euro, ça va être un match de très haut niveau par jour, des matchs très durs physiquement et avec beaucoup de pression au niveau mental aussi. On va profiter de ces trois-quatre jours de répit avant de se lancer dans des choses plus difficiles.

On a l’impression qu’à chaque compétition, il y a plus de pression sur l’équipe de France, est-ce que vous le ressentez ?
Je ne sais pas si à chaque compétition on en a plus. Ça va être difficile parce que ça fait maintenant dix ans que ça dure et on va finir par exploser si ça continue comme ça. C’est la pression, on y est habitués, on a rendu l’exploit banal. En fait, on a habitué tout le monde à revenir avec la médaille d’or et c’est quelque chose de négatif parce que tout le monde pense que c’est facile de gagner, mais ce n'est pas du tout le cas. La pression on l’a, on vit avec. On doit assurer les victoires, et ramener des titres pour nous, pour la France. Il y a bien quelques matchs et compétitions qui vont nous échapper mais on ne baissera jamais les bras, c’est le plus important.

Un calendrier proche de la surcharge

Avec une grosse saison en club, le championnat d’Europe n’est pas placé idéalement ?
Ça c’est sûr, l’Euro n’est pas placé idéalement et les années olympiques sont des casses têtes et de vraies épreuves physiques pour les joueurs qui jouent en équipe nationale, en Ligue des Champions et en championnat. Mais ce championnat d’Europe, on a l’habitude de le faire. Ce qui a changé cette année, c’est la Ligue des Champions avec une formule qui a évolué, qui a changé, avec deux groupes des huit meilleures équipes au monde et donc plus de matchs difficiles et c’est ça qui rend ces deux saisons qu’on va enchaîner d’affilée presque sans vacances parce qu’il y a les JO. C’est ça qui les rend super dur à tenir. On voit le nombre de blessés qu’il y a et ce n’est pas anodin, les calendriers ne sont pas adaptés. Nous les joueurs, on aimerait qu’il y ait un petit peu moins de matchs et en fait on nous en rajoute chaque année... C’est ce qui rend les calendriers difficiles et insoutenables. Je ne sais pas ce qu’il faut faire pour être entendu.

On arrive à faire de ce championnat d’Europe un objectif majeur en début de saison ?
Oui, c’est un objectif majeur comme je l’ai dit. Dès qu’on joue avec l’équipe de France, même si c’est amical, on l’a vu hier par exemple face au Danemark, on s’est donné à fond et on a joué sans retenue, sans réfléchir que ça soit un match amical et qu’il ne fallait peut-être pas tout donner et en garder un peu pour le championnat d’Europe. Mais non, quand on joue pour l’équipe de France avec le maillot de l’équipe de France, on se donne à fond et on veut rapporter le plus de victoires et le plus de titres. Même si, sur cette année, l’objectif principal sont les JO. Donc le championnat d’Europe, on veut le gagner, oui !

Un match face au Danemark rassurant

Est-ce que ce match vous a rassuré ?
Oui, rassuré. Enfin, on n’avait pas peur ou perdu confiance en nous non plus. On avait perdu ce match face au Qatar mais je pense que c’était un peu la volonté des entraîneurs. On menait facilement en faisant un très bon match et je pense qu’ils ont fait exprès de laisser les jeunes face à leurs responsabilités, de leur donner une possibilité d’évoluer face au haut niveau international. Le Qatar, qui est vice-champion du monde avec de très bons joueurs, a remonté le score et on a perdu. Ça nous a mis un coup de pression. Je pense que c’est ce que voulaient les entraîneurs avant ce match face au Danemark, nous mettre un peu sous pression et donc retrouver l’esprit de compétition, avec beaucoup de pression, l’obligation de résultats, en plus devant notre public. C’est ce qui a été fait. On a fait un très bon match face au Danemark donc rassuré, oui, car on n’avait pas perdu confiance mais ce match je pense qu’il nous a fait du bien et nous permet d’aborder ce championnat d’Europe avec de la confiance.

Les pièges à éviter avant toute compétition ?
Bien manger, bien dormir, ne pas s’éparpiller, bien écouter les entraîneurs et bien jouer.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant