N'allez pas en Iran...

le
0
Il existe un véritable clivage entre gouvernement et peuple iranien, affirme le réalisateur français Benjamin Martinie, de retour d'Iran.
Il existe un véritable clivage entre gouvernement et peuple iranien, affirme le réalisateur français Benjamin Martinie, de retour d'Iran.

Benjamin Martinie n'aurait jamais imaginé partir un jour en République islamique. En ce début d'année 2016, le jeune Parisien et son ami Baptiste Le Bihan surfent sur Internet à la recherche d'une destination "originale". Surnommé "Tolt", le réalisateur et photographe s'est spécialisé dans la création de court-métrages sur des contrées "inattendues". Sur un site de vols à bas prix, les deux jeunes tombent sur des billets à 200 euros. Destination... la République islamique d'Iran, pays des mollahs et des sulfureux Gardiens de la révolution, dont le programme nucléaire controversé a défrayé la chronique !

"Au départ, c'était à moitié une blague", se souvient Benjamin. "D'autant qu'avec ma tête de Français [le réalisateur est roux, NDLR], je ressentais une certaine appréhension. Mais plus j'ai cherché des informations sur le pays, plus j'ai été rassuré, et plus j'avais envie de partir. Et les Iraniens autour de moi m'ont encouragé à y aller." L'un d'entre eux, un dénommé Reza, rencontré dans les toilettes d'un restaurant parisien (sic), leur ouvre son carnet d'adresses familial. Et leur promet un voyage inoubliable.

"Ce qui vous fappe, c'est l'accueil des Iraniens"

28 février 2016, Benjamin et Baptiste sont dans l'avion pour Téhéran. Arrivés à l'aéroport Imam Khomeiny, ils décrochent leur visa sur place, en à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant