Myriam El Khomri : «Je ne suis pas dans la perspective du 49-3»

le , mis à jour à 08:35
4
Myriam El Khomri : «Je ne suis pas dans la perspective du 49-3»
Myriam El Khomri : «Je ne suis pas dans la perspective du 49-3»

À compter de ce mardi, Myriam El Khomri défend son projet de loi très contesté. Mais la ministre du Travail n'entend pas céder à la rue. « Je suis impatiente », répète-t-elle en boucle.

Il manque près de 40 voix pour obtenir une majorité. Confirmez-vous ces estimations ?

MYRIAM EL KHOMRI. C'est un pointage à une date dite. Le respect que je porte à l'Assemblée me conduit à penser que du dialogue et de l'échange peut découler une évolution majoritaire. Mon objectif est de convaincre les parlementaires de la majorité. Ce texte est un acte de confiance dans le dialogue social au plus près du terrain.

Envisagez-vous la possibilité d'un recours au 49-3 ?

Je veux parler du texte et non pas du contexte, pour sortir des postures, des slogans. Nous avons déjà fait largement évoluer ce projet de loi. La Constitution prévoit cet outil. Mais je refuse de faire planer la menace.

Donc, vous excluez d'y avoir recours ?

Je ne suis pas dans cette perspective. On verra comment les choses se déroulent.

Votre démission sera-t-elle sur la table en cas de 49-3 ?

Pour moi, le débat a vocation à enrichir le texte, pas à le dénaturer. Mais je ne confonds pas les propositions qui doivent être étudiées et les obstructions qui visent à empêcher et à retarder.

Sur quels « points durs » le gouvernement est-il prêt à lâcher ? Le licenciement, par exemple ?

Je ne ferme pas la porte à des évolutions. Il faut lever une incompréhension. Beaucoup ont dit qu'il s'agissait de faciliter le licenciement, ce n'est absolument pas le cas. Nous allons l'encadrer. Il y a aujourd'hui un recours abusif aux ruptures conventionnelles, notamment dans les TPE. La loi vise à corriger cela, car les salariés sont mieux protégés s'ils sont licenciés pour motif économique.

Une partie de la gauche demande à porter le périmètre d'appréciation des difficultés économiques d'une entreprise à l'international. Allez-vous la suivre ?

Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 il y a 7 mois

    Mitterand avait dit "on a tout essayer". En vérité NON, il ne restait plus qu'a détricoter le code du travail, c'est bientôt fait par des gens qui sont soit disant de gauche.Une gauche comme celle là j'en fait tous les matins puis je tire la chasse !!!!!

  • M7361806 il y a 7 mois

    MADAME vous êtes bien la seule qui en a dans ce gouvernement ! C'est le pays des girouettes !

  • charleco il y a 7 mois

    Elle n'est pas dans la perspective du 49.3 : elle est dans son gruyère.

  • M4189758 il y a 7 mois

    JPi - Vous verrez bien ce ne sera pas de notre faute ce sera à cause des parlementaires. Vous verrez ce ne sera pas la faute aux parlementaires mais à cause de la rue. Vous verrez ce ne sera pas le faute de la rue mais à cause des français. Vous verrez ce ne sera pas la faute de plus de précarité mais à cause de la préférence à la tranquillité du chômage.