MyFerryLink : le gouvernement propose une solution de reprise de 380 salariés

le
4
MyFerryLink : le gouvernement propose une solution de reprise de 380 salariés
MyFerryLink : le gouvernement propose une solution de reprise de 380 salariés

Le gouvernement a proposé la création d'une nouvelle Scop de 150 salariés et l'embauche de 230 autres par le groupe danois DFDS pour reprendre les activités de la Scop SeaFrance, qui devra être liquidée avant fin août, selon le protocole d'accord rendu public jeudi par le secrétariat d'Etat aux Transports.

Le texte en neuf points prévoit que le groupe Eurotunnel, propriétaire des trois navires exploités par la compagnie MyFerryLink,«"s'engage à passer un contrat d'affrètement du navire Nord-Pas-de-Calais avec une nouvelle Scop constituée par 150 salariés sociétaires de la Scop SeaFrance. Ces 150 salariés devront être choisis «d'un commun accord» par Eurotunnel et les dirigeants du conseil de surveillance de la Scop SeaFrance, ou à défaut par «un médiateur désigné par le secrétaire d'Etat» chargé des Transports, Alain Vidalies.

Le transporteur danois DFDS, nouvel affréteur des deux bateaux restants, devra pour sa part s'engager à reprendre 230 salariés de la Scop SeaFrance.

Les salariés devront libérer les bateaux occupés

En contrepartie, les salariés de la Scop «libéreront les bateaux Berlioz et Rodin» dès la signature de l'accord. Ces navires sont retenus dans le port de Calais depuis le 2 juillet, date à laquelle DFDS devait en prendre possession.

Sur les 487 salariés français actuellement en CDI, 380 seraient donc repris et 107 «pourraient être privés d'emploi», le gouvernement fixant pour objectif «d'obtenir dans un délai de 3 mois une solution pour chaque salarié».

Les anciens salariés de la Scop SeaFrance bénéficieront en outre d'une priorité d'embauche pendant 5 ans si Eurotunnel ou DFDS créent «de nouveaux emplois maritimes sur le ports de Calais»

Par ailleurs, Eurotunnel devra payer immédiatement 1,2 million d'euros de créances à la Scop SeaFrance, sur un total de 6,2 millions d'euros dus.

Enfin, les signataires devront renoncer à poursuivre les procédures ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sethsix le jeudi 23 juil 2015 à 14:09

    combien de milions pour préserver 300 emplois, ils devraient servir à créer de la valeur dans des secteurs d'avenir

  • patjo47 le jeudi 23 juil 2015 à 13:57

    Quel gouvernement de mickeys.Qu'est ce qu il vient faire dans ces petitse boites de mafiosos syndicalistes.Une HONTE.Qu'il ferme la boite et tous au chomdu ça nous côutera moins cher car ce sont encore les citoyens honnétes qui payent pour ces bons a rien trop payés!

  • 82554976 le jeudi 23 juil 2015 à 13:30

    Et encore combien de millions ???

  • nestotor le jeudi 23 juil 2015 à 13:30

    dommage qu'ils aient pas prevu l'embauche de 6.5 millions de personnes, ça aurai mis le plein emploi en france