Muzinich continue de collecter et prépare quatre nouveaux produits

le
0

(NEWSManagers.com) - De passage à Paris, George M. Muzinich, chairman & CEO de Muzinich & Co, a indiqué à Newsmanagers que l'encours de la société de gestion spécialiste du " crédit corporate" et focalisée sur la dissémination en Europe du concept de désintermédiation bancaire, créée il y a 25 ans, atteint désormais les 25 milliards de dollars, dont 17 milliards en fonds coordonnés.

Essentiellement tournée vers les institutionnels au sens large (banques privées, family offices, compagnies d'assurances, fonds de pension, fonds de fonds) son démarrage a été relativement lent, mais désormais les souscriptions nettes depuis le début de l'année atteignent les 4 milliards de dollars, dont 3,7 milliards pour les fonds coordonnés, qui intéressent des clients non seulement européens mais latino-américains et asiatiques.

Le bureau " francophone" de Paris, dirigé par Eric Pictet, arrive pour sa part à plus de 5,5 milliards de dollars, dont la moitié intermédiés pour des clients français, et les rentrées nettes des neuf premiers mois de l'année se situent à 1,2 milliard de dollars.

Pour continuer d'alimenter sa forte croissance et compléter la gamme en restant fidèle à la spécialité-maison, le crédit, Muzinich & Co prépare de nouveaux fonds, comme l'ont indiqué George Muzinich et son dauphin Justin Muzinich. Ainsi prévoient-ils le lancement dans quelques mois de la version coordonnée d'un fonds déjà " seedé" aux Etats-Unis, un produit d'allocation toutes classes d'actifs obligataires Europe, Etats-Unis, loans, obligations d'entreprises etc " qui a déjà été montré aux clients potentiels" .

D'autre part, le gestionnaire devrait commercialiser activement avant fin octobre un fonds marchés émergents, qui est déjà amorcé. C'est un fonds de capitalisations plutôt grandes et moyennes avec une focalisation sur une échéance plus courte, un produit comportant à la fois des titres catégorie investissement et du haut rendement quii s'autorise une incursion à 15 % maximum dans les titres d'émetteurs para-publics. Le " yield to worst" de ce portefeuille de situe entre 4,5 et 4,6 %, avec une " duration to worst" de 2,2.

En outre, George Muzinich annonce pour " dans quatre à six semaines" un fonds de private debt en Italie avec la nouvelle équipe de 4 personnes dirigée par Giuseppe Castagna (ex Intesa Sanpaolo), car il y a dans ce pays des sociétés moyennes et petites intéressantes et solides tournées vers l'exportation et qui sont étouffées par l'intermédiation bancaire qui couvre 92 % du marché du crédit.

En complément de ce nouveau compartiment du fonds luxembourgeois, Muzinich a prévu de lancer début 2014 un fonds similaire pour le private debt européen, mais en mettant l'accent sur les pays latins alors que la concurrence se concentre sur les pays du Nord.

Parmi les projets concrets figure également la création d'un bureau à Zurich, pour suivre la Suisse alémanique, où l'encours représente déjà 3-4 milliards de dollars.

Interrogé sur l'évolution ultérieure de la gamme, Justin Muzinich, qui a été désigné par son père pour reprendre les rênes de la société, compte maintenir le cap : il n'est pas question pour l'entreprise de s'égarer hors de ce qu'elle sait faire, analyser le risque des entreprises. Donc, il n'y aura pas de diversification vers les actions, les matières premières ou les ETF pour deux raisons. D'une part, Muzinich & Co est très aligné sur le risque des clients dans le cadre de sa responsabilité fiduciaire et des relations de long terme. " Et si nous ne sommes pas bons, nous ne mangeons pas" . D'autre part, la société de gestion est l'une des très rares à disposer des capacités pour couvrir toute la palette du crédit, un univers devenu très riche et varié, et qui se suffit donc à lui-même.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant