Mutuelle d'entreprise : comment choisir son contrat

le
0
Mutuelle d'entreprise : comment choisir son contrat
Mutuelle d'entreprise : comment choisir son contrat

« L'effet ANI se fait ressentir. Entre 2013 et 2014, nous avons enregistré une hausse de 82 % des demandes en mutuelle santé d'entreprise. Les TPE et PME se sentent clairement plus concernées », affirme sans détour Gérald Loobuyck, gérant du comparateur d'assurances AssurProx. La ruée vers les contrats ne signifie pas pour autant que les entreprises maîtrisent toutes les ficelles de la couverture santé. Dans un premier temps, elles devront respecter un socle de base, prévu soit par leur accord de branche, soit par la loi issue de l'ANI. On parle alors de panier de soins minimum.

Un panier de soin minimum

Dans le cadre de l'ANI, le panier de soins minimum a été défini dans un décret du « Journal officiel » et paru en septembre. Celui-ci stipule que la future couverture santé devra « couvrir l'intégralité du ticket modérateur à la charge des assurés sur les consultations, actes et prestations remboursables par l'assurance maladie obligatoire », prendre en charge les frais dentaires à « au moins 125 % des tarifs de la Sécurité sociale pour les soins prothétiques et d'orthodontie », et prévoir pour les dépenses optiques une prise en charge forfaitaire par période de deux ans, d'un montant « de 100 ¤ minimum pour les corrections simples, 150 ¤ minimum pour une correction mixte simple et complexe et 200 ¤ minimum pour les corrections complexes ». Le forfait hospitalier, quant à lui, sera pris en charge sans limitation de durée. Il correspond aux frais d'hébergement d'un séjour (chambre et repas), soit 18 ¤ par jour à l'hôpital ou à la clinique, et 13,50 ¤ pour les séjours en psychiatrie.

Tenir compte des besoins des salariés

Chaque contrat devra donc être conforme au minimum à ce panier de soins. Mais pour Jérôme Rémy, senior manager chez Kurt Salmon, le chef d'entreprise doit fournir davantage : « Pour que la mutuelle d'entreprise reste un plus pour le salarié, le dirigeant doit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant