Musique : Mitterrand relance la «taxe Google» 

le
0
Au Midem, le ministre de la Culture a souhaité «la mise à contribution des grands acteurs de l'Internet» et la création de «nouveaux outils de soutien». De son côté, l'Europe veut lancer une consultation publique.

Le constat est sans appel. Dix ans après l'éclosion du marché de la musique numérique, ses ventes ne compensent toujours pas l'effondrement des ventes du CD. «La musique numérique est dans une impasse», a résumé l'analyste Mark Mulligan, samedi, à la veille de l'ouverture du Marché international du disque et de l'édition musicale (Midem). «30 % de notre chiffre d'affaires vient de modèles économiques qui n'existaient pas il y a quelques années. C'est bien, mais cela veut dire aussi que l'industrie de la musique a encore du chemin à faire pour se réinventer», a rappelé de son côté Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe Vivendi, la maison mère d'Universal Music. Pour l'industrie musicale, la 45e édition du Midem, qui se tient jusqu'à mercredi à Cannes, est l'occasion de trouver les recettes pour développer et consolider son avenir numérique.

En France, la voie de la réglementation prévaut. Venu inaugurer le Midem hier, le ministre de la Culture et de la Commun

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant