Musique : la Fnac va lancer un service de streaming payant

le
0
Musique : la Fnac va lancer un service de streaming payant
Musique : la Fnac va lancer un service de streaming payant

La Fnac va lancer son service de streaming musical (écoute sans téléchargement) par abonnement. Le distributeur a annoncé dimanche dans un communiqué qu'une nouvelle offre d'écoute de musique illimité en ligne, sans publicité et sans engagement, viendra compléter la présence de la Fnac sur le marché de la musique. Ces dernières années, les ventes physiques (autrement dit les CD) ont tendance à baisser au profit de contenus dématérialisés (MP3, etc.).

Le service de streaming du distributeur, baptisé «Fnac Jukebox», comprendra deux types d'abonnements : le premier à 2 ? par mois permettra l'écoute illimitée sur ordinateur de 200 titres choisis par le client, le deuxième pour 4,99 ? donnera accès au même service sur l'ensemble du catalogue musical de la Fnac (des millions de titres). Une option supplémentaire, à 5 ? par mois, permettra également d'écouter la musique sur smartphones, tablettes, etc, y compris hors connexion Internet.

Une meilleure qualité d'écoute ?

La Fnac se positionne ainsi au même niveau de tarifs que les acteurs majeurs du secteur de la musique en streaming en France, Deezer et Spotify, qui proposent également des offres gratuites, mais associées à la diffusion de publicités. Elle assure en revanche proposer «une excellente qualité d'écoute» y compris sur son offre la moins chère, avec des morceaux encodés à 320 kilobits par seconde, là où ses concurrent se contentent selon elle de 128 kb/s sur leurs offres gratuites.

Le groupe proposera également des cartes et autres coffrets cadeaux pour ce service dans ses magasins et sur Fnac.com. Les abonnés de Fnac Jukebox pourront en outre bénéficier des conseils et recommandations des disquaires Fnac, aussi bien sur internet qu'en magasin, est-il indiqué. L'idée du distributeur est d'initier de nouveaux clients au streaming, encore inconnu de 80 % des Français, selon lui.

Jeudi dernier, le site d'information américain Re/code ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant