Musique: l'Opéra comique lance son premier "web opéra" dimanche sur le net

le
0
Musique: l'Opéra comique lance son premier "web opéra" dimanche sur le net
Musique: l'Opéra comique lance son premier "web opéra" dimanche sur le net

L'Opéra comique, fermé pour travaux jusqu'en 2017, multiplie les initiatives pour garder le lien avec son public, et lance dimanche un "web opéra", visible uniquement sur son site internet et sur la chaîne web Arte Concert."Le mystère de l'écureuil bleu" est une création sous forme d'enquête policière, accessible dès 8 ans. Créé en direct à partir d'un lieu tenu secret, l'opéra a été composé par Marc-Olivier Dupin (déjà auteur de "Robert le cochon" pour l'Opéra comique) et son complice pour l'écriture Ivan Grinberg.L'histoire se déroule dans un Opéra comique flambant neuf, le jour du gala d'inauguration. Adèle, la chanteuse vedette, disparait. Un écureuil de Corée est assassiné, un chanteur est agressé par un décor tombé des cintres ... c'est le chaos à l'Opéra comique, tandis que son directeur Saint-Germain tente de sauver son gala.De jeunes chanteurs, dont certains issus de l'Académie de l'Opéra comique et l'orchestre Les frivolités parisiennes participent à l'aventure.Ce "web opéra" sera visible dès 18 heures le dimanche 21 février sur la toile (www.opera-comique.com et www.concert-arte.tv) puis en replay pendant 6 mois.Le même week-end, l'Opéra comique propose des visites fantomatiques de son chantier, casque sur la tête et lampe frontale allumée, à travers l'installation "Pleine Nuit" des artistes Christian Boltanski, Jean Kalman et Francis Krawczyk.L'expérience est unique: on déambule dans la nuit du chantier à travers une fumée vaporeuse. Des musiciens jouent de couloir en couloir et de salle en salle, faiblement éclairées par des néons bleus.Dans une des salles, des personnages énigmatiques au visage masqué sont assis devant une soprano, dans une autre, le sol est recouvert de neige, et de grands sacs noirs sont suspendus comme des cadavres au dessus des têtes. On pense à "La classe morte" de Tadeusz Kantor.Il faut réserver auprès de l'Opéra ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant