Murray-Mauresmo, pourquoi ça ne doit pas s'arrêter

le
0
Murray-Mauresmo, pourquoi ça ne doit pas s'arrêter
Murray-Mauresmo, pourquoi ça ne doit pas s'arrêter
Depuis qu'il a lié son destin à celui d'Amélie Mauresmo, Andy Murray n'est plus le même joueur. Plus serein sur le court et plus efficace dans son jeu, l'Ecossais s'est métamorphosé grâce à la Française, au point d'écoeurer Rafael Nadal sur terre battue. Mais la collaboration pourrait s'arrêter trop vite en raison de la grossesse de l'ancien numéro 1 mondiale.

Ce ne devait que l'histoire d'un été. Pratiquement un an plus tard, c'est un vrai couple qui est né. Solide et performant. L'association entre Andy Murray et Amélie Mauresmo, personne n'y aurait pensé. Mais ce lundi, on redoute surtout qu'elle s'arrête trop rapidement. Car depuis que le Britannique a lié son destin à celui de la Française, le numéro trois mondial est métamorphosé. La greffe a pris, assurément. Tout avait pourtant mal commencé. Tenant du titre à Wimbledon, Andy Murray quittait son jardin londonien dès les quarts de finale l'été dernier, bousculé par un Grigor Dimitrov en plein envol. Mais convaincu que Mauresmo pouvait lui apporter le plus nécessaire pour retrouver son meilleur niveau, l'Ecossais lui demandait de prolonger l'aventure. Sans grand succès, avec un quart de finale à l'US Open et un Masters quitté dès la phase de poules.

Le déclic en Australie

Mais les grands succès mettent du temps à se construire. Les fondations ne se bâtissent pas en un jour et le couple franco-britannique l'avait compris avant tout le monde. Tout l'été, l'improbable duo a travaillé d'arrache-pied pour démarrer 2015 de la meilleure des manières. Le résultat ? Une rentrée éclatante à l'Open d'Australie, et une défaite en finale contre Novak Djokovic, suivie d'un bel hommage à la Française au micro de la Rod Laver Arena. Puis une demi-finale à Indian Wells et une finale à Miami, là encore battu par le Serbe. Le seul capable de rivaliser avec Murray cette saison. Même sur terre battue, où l'Ecossais est réputé friable. Un premier titre en carrière sur l'ocre rouge à Munich la semaine dernière. Un simple ATP 250. Mais dimanche, c'est un Masters 1000 que l'Ecossais a gagné. En expédiant le maître des lieux à Madrid, Rafael Nadal, en deux petits sets et 88 minutes.  

Björkman pour préparer le départ de Mauresmo ?

Revenu sur le podium mondial et se rapprochant chaque semaine un peu plus de Roger Federer, Andy Murray a tout pour devenir le dauphin de Novak Djokovic au classement ATP dans les semaines à venir. Grâce à une collaboration fructueuse avec Amélie Mauresmo. Une association gagnante qui pourrait pourtant ne pas durer. La faute aux joies de la vie et une grossesse non anticipée de la coach française. « Il y a plus important dans la vie que le tennis de toute évidence, et avoir un enfant est extrêmement important. Je suppose qu'il sera sa priorité n°1 », a récemment indiqué Murray. Devant cette interrogation, le Britannique a déjà engagé Jonas Björkman pour renforcer son équipe. Mais après la naissance de son premier enfant, Amélie Mauresmo, qui partage déjà son temps entre Murray et la Fed Cup, aura-t-elle encore le c½ur et l'envie de voyager à travers le monde ? Pas sûr, et c'est bien dommage pour son protégé. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant