Murillo, successeur de Mario Yepes ?

le
0

Unique buteur colombien lors de la Copa América, Jeison Murillo s'impose, à 23 ans, comme un titulaire indiscutable de la sélection entraînée par José Pékerman. Le défenseur central de l'Inter Milan fait même oublier une légende au pays : Mario Yepes.

La Colombie a troqué le "Il y avait but de Yepes", contre "Il y a but du remplaçant de Yepes". L'adversaire, le Brésil, est le même que les "Cafeteros" n'ont pas battu depuis vingt-quatre ans. Lors du quart de finale du Mondial, Mario Yepes s'était vu refuser un but valable, resté en travers de la gorge du peuple colombien. Lors de la Copa América chilienne, Jeison Murillo s'est jeté, a battu Jefferson et a libéré le cri retenu de tout un pays pendant plus de vingt ans. La comparaison semble évidente. Jeison Murillo, solide défenseur natif de Cali, est en passe de devenir le patron de la défense colombienne. Oui, tout comme Mario Yepes.

De Cali à Grenade, en passant par Udine


"Il doit continuer à faire son travail, continuer à faire des efforts, avec humilité et sacrifice, comme il sait le faire." Aux dires de Jamer Murillo, père du défenseur central formé au Deportivo Cali, le parallèle fait entre son fils et l'ancien défenseur du FC Nantes "est hâtif, voire naïf". Pourtant, Mario Yepes a lui-même adoubé Jeison Murillo, sur Fox Sports : "Éder Álvarez Balanta, Jeison Murillo et Pedro Franco sont des défenseurs qui pourraient s'imposer à ma place en sélection." Une pression pour Murillo ? Rien de tel : "C'est une grande responsabilité qu'on me compare avec Yepes", affirmait Murillo, après son but victorieux face au Brésil. Comme son père, Rodrigo Larrahondo, ancien préparateur physique de la sélection des moins de 20 ans, réfute les comparaisons avec l'actuel défenseur de San Lorenzo : "Un jour, il arrivera certainement à faire la carrière de Mario. Mais pour l'instant, il reste Jeison Murillo." Celui qui a suivi l'évolution du défenseur de l'Inter Milan raconte : "Nous l'avons repéré au Deportivo Cali. Il a rapidement intégré la sélection des moins de 17 ans. En 2009, un entrepreneur colombien l'a repéré. Il travaillait pour l'Udinese, une machine de recrutement." Là-bas, Murillo subit la loi de l'empire Giampaolo Pozzo : le prêt dans l'une des filiales du businessman italien, à Grenade. Le club andalou le cède ensuite à Cadix, lors de la saison 2011-2012, puis à Las Palmas, l'année suivante. Deux saisons en Espagne qui lui permettent de s'aguerrir : "Il s'est définitivement montré aux yeux du pays lors du Mondial des moins…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant