Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, met déjà FO, la CFDT et le Medef d'accord

le , mis à jour à 15:02
1
Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, met déjà FO, la CFDT et le Medef d'accord
Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, met déjà FO, la CFDT et le Medef d'accord

Elle a déjà réussi une prouesse, mettre d'accord trois syndicats. Muriel Pénicaud, 62 ans est entrée mercredi dans le premier gouvernement du quinquennat Macron. Du Medef à Force ouvrière en passant par la CFDT, chez les responsables syndicaux, la nouvelle ministre du Travail fait l'unanimité. 

 

«Elle a plutôt le bon profil», a confié ce jeudi Jean-Claude Mailly sur France 2. Le secrétaire général de Force ouvrière avoue aisément qu'il voit d'un bon oeil la nomination de Muriel Pénicaud, «qu'il connaît bien». Le leadeur syndical reconnaît un bon «sens politique et du dialogue» à l'ancienne DRH chez Danone puis Dassault Systèmes.

 

A LIRE 

> Gouvernement : qui sont les hommes et les femmes du président ? 

 

Des qualités vantées par un syndicat d'un tout autre bord, le Medef, qui représente les entreprises françaises. «Comme quoi, tout arrive !», a d'ailleurs ironisé Jean-Claude Mailly au sujet de cette rare entente avec Pierre Gattaz, chef de l'organisation patronale. Sous le charme de cette nouvelle ministre, le Medef voit chez Muriel Pénicaud un «profil exemplaire». 

 

Le travail, un des plus gros chantiers du quinquennat à mener 

 

Celle qui devra mener le plus gros chantier de ce début de quinquennat, la réforme du Code de Travail, peut également s'enorgueillir de recevoir l'aval du premier syndicat de France, la CFDT. Invité de RMC et BFMTV ce jeudi, le leadeur de l'organisation, Laurent Berger, n'a pas tari d'éloges pour l'ancienne DRH. «C'est une femme que j'apprécie. Je pense qu'elle a une vision et pense qu'il faut articuler le développement économique avec de la justice sociale», a estimé le secrétaire général de la CFDT. «Elle croit profondément au dialogue social. J'ai une appréciation très positive de la nouvelle ministre du Travail», a-t-il poursuivi, estimant que sa nomination avait «du sens».

 

Sur le fond, Laurent Berger a également ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9946587 il y a 4 mois

    En tous cas, chapeau Manu pour le casting ! Cela fait vraiment plaisir que des gens reconnus pour leurs compétences soient positionnés aux bons postes.