Mur des Lamentations : les féministes marquent un point

le
0
Un magistrat n'a retenu aucune poursuite contre cinq femmes arrêtées pour avoir prié à haute voix devant ce haut lieu saint à Jérusalem, alors qu'un arrêt de la Cour suprême le leur interdit depuis 2003.

C'est une grande avancée pour les féministes juives, et les femmes en général, qui n'ont jamais été aussi proches de se voir accorder le droit de prier à voix haute comme les hommes devant le Mur des Lamentations. Vénéré comme le dernier vestige du temple construit par le roi Hérode, le Mur des Lamentations est le lieu le plus sacré de la religion juive. Depuis 2003, les femmes ont le droit d'y prier mais en silence, la Cour suprême ayant statué que les laisser prier comme des hommes représentait un risque pour la sécurité publique. Une règle expliquée notamment par le caractère hautement sensible du lieu. Le Mur est accolé à l'esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l'islam, et des heurts entre Palestiniens et forces de l'ordre y éclatent régulière...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant