Mur des cons : plainte contre le Syndicat pour destruction de preuve

le
0
Avocat de plusieurs parties civiles, Me Gilles-William Goldnadel estime qu'en faisant disparaître le mur, le syndicat s'est débarrassé du corps du délit.

En pleine polémique sur le «mur des cons», des magistrats auraient-ils détruit sciemment une preuve? Révélé le 24 avril, ce mur avait de fait disparu deux jours plus tard des locaux du Syndicat de la magistrature. «Nous l'avons détruit», révélait le 27 avril Françoise Martres, la présidente du syndicat, dans un entretien au Parisien. Cette disparition de l'objet du scandale est-elle licite? Oui, si on considère, comme le soutient le syndicat, qu'il ne s'agit que d'une initiative strictement privée. Non, si on estime, comme l'affirme Me Gilles-William Goldnadel, qu'il s'agit d'une destruction de preuve dans le cadre d'une affaire qui «défraie la chronique» et est susceptible de déboucher sur une action judiciaire, l'avocat rappelant au passage que la garde des Sceaux avait déclaré, au moment même de la ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant