Mur des cons : la présidente du SM mise en examen se rebiffe

le
31
Le mur des cons, comme le baptisait le Syndicat de la magistrature dans ses locaux.
Le mur des cons, comme le baptisait le Syndicat de la magistrature dans ses locaux.

Alors que nous apprenions ce vendredi 14 mars que la présidente du Syndicat de la magistrature (SM) Françoise Martres avait été mise en examen le 17 février dernier pour "injure publique" dans l'affaire du "mur des cons", qui avait suscité une vive polémique lors de sa révélation, Le Figaro révèle jeudi soir que, lors de son interrogatoire de première comparution, la patronne du SM a estimé ne "pas comprendre" pourquoi elle se retrouvait là, puisque le mur existait avant son arrivée. D'après le procès-verbal dont le quotidien a obtenu une copie, la magistrate se serait montrée plutôt "vindicative" : à la question des juges de savoir qui avait affiché les photos, le procès-verbal enregistre : "Je n'ai pas à vous répondre, vous n'avez qu'à chercher vous-mêmes !"Douze plaintesDans ce volet de l'affaire, Françoise Martes risque jusqu'à 45 000 euros. De quoi saler l'addition pour le Syndicat de la magistrature, contre lequel pas moins de douze plaintes ont été déposées depuis la diffusion, en avril 2013 par le journaliste de France 3 Clément Weill-Raynal, de ce tableau qu'il avait filmé dans les locaux du syndicat.Sur le fameux pêle-mêle étaient épinglées les photos de diverses personnalités politiques ou médiatiques - essentiellement de droite -, mais aussi des victimes. Le père de l'une d'entre elles, le général Schmitt, s'est également dit "satisfait", car "je craignais que l'affaire ne soit enterrée. Ma pensée...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gstorti le jeudi 27 mar 2014 à 11:14

    "Faudrait faire le même mur, mais avec ces mêmes magistrats. Mettre la photo a la une du journal, et nous verrons combien de temps elle mettrait a réagir. Mais vous savez, quant vous allez au bureau d'un contrôleur fiscal, d'un inspecteur du travail, ouvert au public, et que nous voyons des affiches, anti patronat, dans le pur esprit laguiller"

  • DonCorly le samedi 22 mar 2014 à 08:25

    Elle voit ce que ça fait d'être de l'autre côté du "mur", et encore je ne doute pas qu'elle soit ménagée par ses collègues. Si c'était un justiciable ordinaire, il aurait été chargé en plus d'outrage à magistrat.Il est temps d'élire les juges, comme aux USA.

  • rodde12 le vendredi 21 mar 2014 à 15:38

    Que des juges rouges estiment devoir ordonner des écoutes pour meubler un dossier indigent cela ressort de leur conscience. Ils sont irresponsables et peuvent le faire sans risque autre qu'être désavoués plus tard par le tribunal. Mais que des politiques mettent cela sur la place publique, pour discréditer les concurrents au mépris de la présomption d'innocence, C'est une for faiture. "Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose". Cela ressemble à une bande organisée.

  • cgill le vendredi 21 mar 2014 à 11:04

    audigie4 : qu'un journaliste doivent demander l'autorisation de prendre des photos, de faire un papier, est contraire à la vocation du journalisme ; car cela revient à en faire un portes-parole de ceux qui donnent les autorisations. C'est un non sens médiatiques, mais aussi démocratique. Quoiqu'on pense "du mur", il a fait son travail et fût puni pour cela. Esprit et principes républicains de base sont quotidiennement oublié des militants et sympathisants politiques, petits et grands, ... graves

  • nebraska le jeudi 20 mar 2014 à 16:26

    audigie4 - Hé Du.k.on tu sais lire ?? : "en avril 2013 par le journaliste de France 3 Clément Weill-Raynal, de ce tableau qu'il avait filmé dans les locaux du syndicat"Les journalistes de France 3 sont de droite ??? Depuis quand ?? Par ailleurs, les locaux syndicaux ne sont pas privés, encore moins ceux du SM.

  • bsdm le mercredi 19 mar 2014 à 17:58

    Les locaux du SM appartiennent au mininitère de la justice qui n'a pris aucune sanction contre ces magistrats dévoyés qui s'affichent à gauche toute et informent sans vergogne leurs amis journalistes ....de gauche et taubira.

  • fbordach le mardi 18 mar 2014 à 19:30

    C'est sûrement une adepte de la justice pour les autres... Décidément çette goche, donneuse de leçon, est insupportable et doucement nous entraîne vers le fascisme tel qu'il était défini par Mussolini: "tout pour l'état, tout par l'état, rien en dehors de l'état". Ce qui est marrant c'est que cette étrange religion ressemble aussi au communisme....

  • janaliz le mardi 18 mar 2014 à 05:26

    La dame n'apprécie pas d'être traitée de la même manière qu'elle procède. Si elle est mise en examen Taubira doit suivre pour ne pas avoir demandé (et/ou) pris de sanction dans cette cette déviance dangereuse et anti démocrate. Ce sont des pratiques de dictateur.

  • mlaure13 le dimanche 16 mar 2014 à 11:54

    Le mec de la CGT qui vote FN…rares sont ceux qui arrivent à se désintoxiquer de l’enfumage et du sectarisme, et il en est d’autant plus méritant !!!... ))

  • gyere le dimanche 16 mar 2014 à 08:43

    Si un juge a, en raison de ses opinions politiques, des PREJUGES il n'a plus rien à faire au parquet!!