Municipales - Toulouse : le maire PS agite l'épouvantail d'un retour de la "droite réactionnaire"

le
0
Le second tour s'annonce serré à Toulouse entre Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc.
Le second tour s'annonce serré à Toulouse entre Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc.

Pierre Cohen a-t-il fait une erreur en axant sa campagne sur la disparition de la voiture au centre-ville ? Fier de la piétonnisation (presque) totale de la place du Capitole, le maire sortant socialiste a désorienté les électeurs en changeant le sens de la circulation du parking enterré sous l'emblématique place de Toulouse. Il a déplacé l'entrée pour les automobilistes, qui lui ont montré la sortie dimanche soir.À la mairie depuis 2008, l'élu "normal", qui se déplace en métro ou en scooter en renonçant à sa Safrane avec chauffeur, a perdu plus de 10 000 voix durant son mandat. Il y a six ans, la liste d'union de la gauche du PS tutoyait la barre des 40 % au premier tour. Aujourd'hui, lâché par les écologistes et le Parti de gauche, le maire s'est retrouvé largement distancé (32,26 %) par un revenant. Laissé pour mort par l'UMP à la sortie des dernières élections municipales, Jean-Luc Moudenc (38,20 %) compte six points d'avance sur le maire sortant.Fusion avec les écolos mais pas avec les mélenchonistesPour tenter de remonter son handicap, Pierre Cohen n'a pas traîné. Dès lundi après-midi, il annonce un accord avec les écologistes (6,99 %), qui se voient proposer 8 places en position éligible. "Ce n'est pas de la tambouille électorale", assure le candidat du PS, qui a convié la presse dans un bistrot pour mettre en scène la fusion-réconciliation avec ses nouveaux-anciens alliés. Pour l'anecdote, Pierre Cohen réglera de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant