Municipales : que vaut un candidat sur Internet ?

le
0
Les candidats aux municipales ont-ils plus de chances de gagner s'ils font le buzz ?
Les candidats aux municipales ont-ils plus de chances de gagner s'ils font le buzz ?

Difficile de quantifier et de juger la notoriété sur le Web. Entre les réseaux sociaux, les citations sur Google Actualités et les pages Wikipédia, tout peut être utilisé pour mesurer la renommée d'un "people".Et ce genre d'information est susceptible d'intéresser les candidats à l'aube d'une campagne électorale. L'entreprise de marketing Brand & Celebrities, via son site La cote des élections, a analysé treize villes de France : Paris, Marseille, Nice, Nancy, Hénin-Beaumont, Forbach, Pau, Saint-Étienne, Meaux, Toulouse, Lyon, Strasbourg et Bordeaux. À coups d'algorithmes liés aux buzz numériques provoqués par les candidats, les analystes ont établi leur verdict. Et certains résultats peuvent surprendre, comme la bonne place de Stéphane Ravier (FN) à Marseille (55,71 %) et de Jean-Marc Coppola du Front de gauche (44,01 %) qui devancent le socialiste Patrick Mennucci (21,63 %). Le bon score de la tête de liste d'extrême droite peut s'expliquer par sa déclaration tapageuse dans Le Grand Journal où il assimile la consommation de drogue à un viol. La bonne performance du candidat du Front de gauche est moins compréhensible.L'octogénaire Jacques Peyrat, deuxième à Nice !Autre résultat inattendu, c'est la deuxième place du candidat divers droite Jacques Peyrat à Nice. Octogénaire, le buzz web n'est pas vraiment son fonds de commerce et il devance le candidat identitaire d'extrême droite Philippe Vardon, pourtant très...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant