Municipales : PS-EELV, des accords sur des désaccords

le
0
Jean-Marc Ayrault et Cécile Duflot.
Jean-Marc Ayrault et Cécile Duflot.

L'entre-deux-tours des municipales, ou l'occasion de concilier l'inconciliable. Entre le PS et les Verts, deux villes symboliques en sont la démonstration. À Nantes, fief du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le Parti socialiste et Europe Écologie-Les Verts ont annoncé qu'ils fusionnaient leurs listes pour le second tour des municipales. "Il s'agit d'envoyer un signal fort aux Nantaises et aux Nantais, celui d'une métropole qui réinvente son modèle démocratique, de gouvernance et écologique, pour engager un développement porteur de justice et de solidarité", ont annoncé les deux partis dans un communiqué. La jeune candidate du PS Johanna Rolland, arrivée en tête du premier tour avec 34,1 % des voix, a toutes les chances de succéder à Jean-Marc Ayrault qui a dirigé la ville de 1989 à 2012 et son entrée à Matignon. Mais si accord il y a aujourd'hui, c'est parce que... désaccord il y a à l'origine ! À Nantes, EELV et le PS n'ont pas présenté de liste commune au premier tour pour la première fois depuis 25 ans. En cause : l'affrontement entre les deux partis autour de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une opposition qui remonte jusqu'au sommet de l'État, puisque le Premier ministre est un fervent défenseur du projet et que sa ministre du Logement, la leader écolo Cécile Duflot, y est parfaitement opposée et ne s'en cache pas. Le 22 février, alors que des manifestants battent le pavé contre le projet, la ministre s'exprime dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant