Municipales partielles dans les Hauts-de-Seine : Les Républicains bien placés

le
0
Manuel Aeschlimann, ici avec Nicolas Sarkozy, devrait conserver la mairie d'Asnières, malgré l'invalidation du scrutin de 2014 en raison d'irrégularités.
Manuel Aeschlimann, ici avec Nicolas Sarkozy, devrait conserver la mairie d'Asnières, malgré l'invalidation du scrutin de 2014 en raison d'irrégularités.

Les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures à Clichy et Asnières, deux villes des Hauts-de-Seine, pour le deuxième tour d'élections municipales partielles en forme de duels entre Les Républicains (LR), largement arrivés en tête la semaine dernière, et le Parti socialiste. Dans ce département traditionnellement acquis à la droite, trois scrutins de 2014 avaient été invalidés par le Conseil d'État en raison d'irrégularités : à Asnières et Clichy-la-Garenne, donc, ainsi qu'à Puteaux. Joëlle Ceccaldi-Raynaud y a été réélue dès le premier tour dimanche dernier.

La droite est en bonne place pour conserver Asnières et faire basculer Clichy-la-Garenne. À Clichy, dernier bastion socialiste des Hauts-de-Seine, la liste de Rémi Muzeau (LR-UDI-MoDem) a frôlé dimanche la victoire dès le premier tour avec 48,83 % des suffrages. Au second tour, le suppléant de Patrick Balkany à l'Assemblée retrouve la liste PS-PCF-PRG de Julien Perez (30,50 %), ex-directeur de cabinet de Gilles Catoire, édile de la ville pendant trente ans et qui a décidé de passer la main après l'invalidation des élections. Dans cette course à la mairie, Rémi Muzeau espère profiter de l'absence de Didier Schuller, vieux routard de la politique dans les Hauts-de-Seine. Ce dernier avait ajouté les mentions UMP et MoDem sur ses affiches et bulletins en 2014, ce qui avait conduit à l'annulation des élections.

Quadrangulaire à Pontault-Combault

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant