Municipales - Paris : l'UMP suspend les candidats dissidents

le
0
Dominique Tiberi, conseiller d'arrondissement dans le 5e, fait partie de ces candidats dissidents.
Dominique Tiberi, conseiller d'arrondissement dans le 5e, fait partie de ces candidats dissidents.

Ah, Paris ! Sa tour Eiffel, ses Champs-Élysées... et ses candidats dissidents de l'UMP. Le parti de la droite républicaine vient d'exclure pas moins de 16 candidats ayant décidé de conduire ou de s'associer à des listes concurrentes à celle de Nathalie Kosciusko-Morizet, la tête d'affiche officielle. Cette dernière étant parvenue récemment à arracher un accord avec les cadres parisiens du MoDem (le parti de François Bayrou) pour un rassemblement sur une même liste, l'UMP ne pouvait rester silencieuce face à des élus dissidents. Mais ces mutineries ne sont pas un phénomène nouveau dans la capitale. Pour les municipales de 2008, environ une quinzaine de suspensions avaient été décidées.

Quelques noms célèbres figurent sur cette liste de bannis comme Dominique Tiberi, le fils de Jean, l'ancien maire de la capitale. Les arrondissements 10, 14, 15, 17 et 20 sont les principaux concernés. "C'est une règle naturelle pour tous les dissidents, le bureau politique (de l'UMP) a décidé une suspension en vue de l'exclusion, mais rien n'empêche que les concernés rentrent dans le rang" d'ici le 25 janvier, a expliqué à l'Agence France-Presse une source proche de la direction du parti. Une jolie manière pour parler d'ultimatum. Pour faire simple, si les candidats rebelles ne courbent pas l'échine et maintiennent leur candidature jusque-là, leur éviction sera alors officialisée et cela ne sera plus une simple suspension.

"Surtout une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant