Municipales - Nantes : Johanna Rolland, le PS version fraîcheur

le
0
Johanna Rolland veut amener un souffle nouveau à Nantes
Johanna Rolland veut amener un souffle nouveau à Nantes

Vous ne la connaissez pas encore, mais vous la redoutez déjà. Celle qui n'est pour le moment que première adjointe au maire Patrick Rimbert le jure : elle n'a pas la main qui tremble lorsqu'il s'agit de trancher. Et on la croit. Sa liste n'est pas encore totalement arrêtée, mais ceux qui n'en sont pas sont déjà au courant. Et ils râlent. Dans une ville socialiste depuis vingt-trois ans, les mécontents sont forcément nombreux. La candidate de 34 ans n'en a cure : "Que voulez-vous, exercer des responsabilités, c'est savoir faire des choix. Mais ne vous en faites pas, je sais travailler en équipe." Patrick Mareschal, ancien président du conseil général de Loire-Atlantique, aujourd'hui en retrait de la vie politique, résume parfaitement l'impression étrange qui saisit ceux qui l'approchent. "Elle est frêle et menue, mais ne vous fiez pas aux apparences, elle est extrêmement décidée, proche des gens, et ne se laisse pas raconter des histoires." Son second parrain en politique (elle lui a succédé sur sa circonscription en 2011) vante "sa jeunesse, qui n'est pas une tare" et la finesse de ses jugements. Même ses adversaires lui reconnaissent une grande agilité. Cette fille d'un syndicaliste laïcard et d'une institutrice de l'enseignement catholique a le sens de la synthèse dans le sang. Une vertu qu'elle n'hésite pas à mettre en avant, car il s'agit d'administrer une ville qui a toujours vu cohabiter mouvements syndicaux et messes en latin dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant