Municipales - Montpellier : printemps meurtrier pour la gauche ?

le
0
La gauche va-t-elle éclater à Montpellier ?
La gauche va-t-elle éclater à Montpellier ?

C'est une première - meurtrière - à Montpellier et un scénario inédit dans une grande ville pour ces municipales 2014. Deux listes de gauche se déchirent l'héritage de Georges Frêche et vont s'affronter dimanche au deuxième tour. Sanglant. Rien n'y aura fait. Ni même les appels téléphoniques de Harlem Désir, Manuel Valls ou encore Jean-Marc Ayrault pour tenter de réconcilier Jean-Pierre Moure, candidat officiel du PS et actuel président de l'agglomération de Montpellier, et Philippe Saurel, ex-adjoint socialiste, entré en dissidence et désormais classé divers gauche. Les deux hommes, faute d'accord sur leurs programmes et leurs équipes, vont donc s'affronter dimanche pour tenter chacun d'être le prochain maire de Montpellier. Avec une issue bien incertaine puisque, au premier tour, environ 2000 voix séparaient les candidats. Difficile par conséquent de savoir si Jean-Pierre Moure sera capable de conserver son avance, tant la perspective d'une victoire s'est étiolée au fur et à mesure d'une campagne poussive le reléguant à environ 25 % au soir du premier tour, soit la moitié du score réalisé d"habitude par le candidat socialiste aux municipales. La "faute" pour une grande partie à Philippe Saurel, ex-adjoint à la culture et à l'urbanisme qui caresse depuis quelques années le rêve d'être maire de sa ville natale. Réputé proche de Manuel Valls, ce socialiste modéré n'aura pas supporté l'adoubement de Moure lors de primaires...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant