Municipales : les maires ont le blues

le
0

De nombreux élus raccrochent face au poids des contraintes.


«Je compte les jours avant la fin de mon mandat», confie Jean-Marie Darmian, entre deux poignées de main au marché de Créon (Gironde). Élu puis réélu avec des scores à la soviétique depuis 1995 dans cette ville tranquille de 4 300 habitants, il a décidé de ne pas se représenter. «La relation avec les électeurs a changé. Le citoyen est devenu un consommateur. Et le maire est perçu comme un prestataire de services», déplore-t-il. «Combien de fois ai-je entendu: "Jean-Marie, j'ai voté pour toi, il faudrait penser à refaire mon trottoir." Il y a vingt ans, les gens n'auraient jamais osé dire ce genre de choses.»

À cela s'ajoutent des p...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant