Municipales: l'utilisation du web par Obama inspire les candidats

le
0
Municipales: l'utilisation du web par Obama inspire les candidats
Municipales: l'utilisation du web par Obama inspire les candidats

Des candidats aux municipales utilisent le web et des bases de données de façon de plus en plus perfectionnée -- nouveaux logiciels à l'appui -- pour permettre à leurs équipes de taper à la bonne porte et d'optimiser leur campagne sur le terrain. Responsable web de la campagne de François Hollande et candidat PS à Bordeaux, Vincent Feltesse estime qu'un pas est franchi par rapport à 2012. "On est allé beaucoup plus loin dans la gestion des bases de données et le porte-à-porte", explique le député à l'AFP. Lui-même a choisi un logiciel américain, "Nation Builder", qui gère les données récupérées, le site internet du candidat, personnalise les e-mails notamment. Toutes ces méthodes s'inspirent des campagnes américaines de Barack Obama. Cela permet "un ciblage assez fin" et c'est en quelque sorte "une professionnalisation du militantisme", analyse M. Feltesse. Le logiciel a été utilisé avec succès par l'équipe de Patrick Mennucci (PS) pendant les primaires à Marseille. L'équipe de l'agence web La Netscouade, dont certains avaient travaillé avec Ségolène Royal en 2007, conseille M. Mennucci et aussi les candidats PS d'Argenteuil et de Reims. Ce ne sont "pas des outils magiques", met en garde Matthieu Lerondeau, directeur associé de La Netscouade, mais "cela améliore la capacité d'équipes qui connaissent bien le terrain". Il est aussi possible d'"analyser les données électorales des scrutins précédents pour identifier les pâtés de maison où sont les profils les plus intéressants, comme les abstentionnistes de gauche par exemple", explique-t-il. Définir des "bureaux de vote prioritaires" pour "faire une campagne de terrain", c'est précisément une des fonctions du logiciel "50+1" développé par Guillaume Liegey, Arthur Muller et Vincent Pons. Acheté par le PS, il est utilisé par une soixantaine de villes, comme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant