Municipales : et si le PS évitait la catastrophe ?

le
0
Si le PS perd des villes moyennes, mais que Patrick Mennucci prend Marseille, ces municipales passeront pour une victoire.
Si le PS perd des villes moyennes, mais que Patrick Mennucci prend Marseille, ces municipales passeront pour une victoire.

France Inter : Alors, finalement, les municipales pourraient ne pas être si terribles que ça pour le PS...

Charlotte Chaffanjon : C'est la petite musique que commencent à jouer les socialistes. Au premier abord, ça peut paraître surprenant. Depuis septembre, le pouvoir a traversé plusieurs crises. Le ras-le-bol fiscal ; Léonarda ; l'écotaxe qui a débouché sur la colère des "bonnets rouges" ; le rapport sur l'intégration... Et puis, d'une manière générale, les élections intermédiaires ne sont jamais faciles pour un parti au pouvoir. Mais il y a des raisons d'espérer...Lesquelles ?D'abord, le PS est un parti d'élus locaux. Ils rêvent que les municipales se jouent sur leur bilan. En fait, que ces élections soient déconnectées de l'actualité nationale. C'est la stratégie de Martine Aubry à Lille. Idem pour Gérard Collomb à Lyon ou pour Pierre Cohen à Toulouse. En jouant sur leurs bons résultats sans se mêler de l'action de François Hollande, ils devraient conserver leur siège. Il y a même des candidats qui ne mettront pas le logo du PS sur leurs affiches. Ils se cacheront derrière les alliances. Les ministres ne s'attendent pas à être beaucoup sollicités pour battre la campagne... Un député nous conseille d'établir "la carte du Tendre des ministres qu'on demande"... Eh bien, à l'exception de Manuel Valls, la superstar des sondages à gauche mais aussi à droite, c'est vrai que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant