Municipales en Turquie : Erdogan joue son avenir

le
0
Municipales en Turquie : Erdogan joue son avenir
Municipales en Turquie : Erdogan joue son avenir

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, contesté dans la rue et éclaboussé depuis des mois par des accusations de corruption, joue ce dimanche son avenir à la tête de la Turquie: les  élections municipales ont pris des allures de référendum. L'ampleur du score de l'AKP, le parti au pouvoir, et le sort des deux plus grandes villes du pays, Istanbul et Ankara, devraient déterminer la stratégie à venir de Recep Tayyip Erdogan, dont le troisième et dernier mandat de Premier ministre s'achève en 2015.

Dans des villages, des bagarres ont éclaté, huit personnes ont été tuées.

Dans un pays chauffé à blanc par les polémiques, plus de 52 millions de Turcs ont commencé à voter à 7 heures (heure française) pour élire leur maire. Les bureaux de vote doivent fermer leurs portes à 17 heures et les premiers résultats être proclamés en soirée. Dans un climat pollué par les affaires politico-financières visant le régime, ce scrutin s'est transformé en vote de confiance pour le Premier ministre.

Erdogan : «Notre peuple dira la vérité aujourd'hui»

Après douze ans de règne sans partage à la tête du pays, le chef du gouvernement est devenu son personnage le plus controversé. Acclamé par ses partisans comme l'artisan de l'impressionnant développement économique turc, il est dénoncé par ceux qui lui reprochent sa dérive islamiste et autoritaire. Mais, persuadé du soutien d'une majorité du pays, le chef du gouvernement a exprimé tout son optimisme en déposant son bulletin dans l'urne à Istanbul : «En dépit de toutes les déclarations et de tous les discours prononcés jusque-là pendant la campagne, notre peuple dira la vérité aujourd'hui», a-t-il déclaré, «ce que dit le peuple est ce qui est, et sa décision doit être respectée».

Le chef du principal parti d'opposition a lui aussi fait part de sa «confiance» : «Notre démocratie doit être renforcée et nettoyée», a lancé à Ankara Kemal ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant