Municipales en Italie - Matteo Renzi : chronique d'une défaite annoncée

le
2
Matteo Renzi doit faire face à un second tour d?élections municipales très périlleux ce dimanche dans les quatre plus grandes villes de la péninsule.
Matteo Renzi doit faire face à un second tour d?élections municipales très périlleux ce dimanche dans les quatre plus grandes villes de la péninsule.

C'est un second tour d'élections municipales très périlleux pour Matteo Renzi qui se déroule ce dimanche dans les quatre plus grandes villes de la péninsule. À Naples, la messe est dite pour le Parti démocrate (PD), car son candidat n'est pas présent au second tour. À Rome, où le PD paie le double héritage de la précédente administration catastrophique et du scandale « Mafia capitale », la candidate du Mouvement 5 Étoiles (M5S) devance son adversaire du Parti démocrate de plus de 10 points. Ce dernier n'ayant pas de voix de réserve, la ville éternelle est donnée perdue pour la formation du président du Conseil.

À Turin, la partie sera dure pour Piero Fassino, éléphant du PD et maire sortant. Bien qu'en retard de 10 points, la candidate du M5S peut en effet espérer des reports de voix importants. Enfin, la compétition se joue dans un mouchoir de poche à Milan entre le candidat berlusconien et le représentant du PD, qui ne sont séparés que par 0,9 % des voix. Un défaite du PD à Milan serait particulièrement cuisante pour Matteo Renzi, car son candidat, l'ancien patron de l'Expo Milan 2000 Giuseppe Sala, est un centriste censé symboliser le nouveau visage du Parti démocrate.

Des effets d'annonce qui lassent les Italiens

Cette perte d'influence vertigineuse pour un président du Conseil qui semblait, jusqu'à très récemment, dominer ses adversaires de la tête et des épaules est due à plusieurs...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 il y a 6 mois

    A chaque élection, les Italiens changent de majorité. Ils ont épuisé toutes les tendances politiques et ça ne va toujours pas vraiment mieux. Et si la faute ne revenait exclusivement aux politiques mais peut être un peu a certains défauts de la société Italienne? Mais ça, c'est dur a admettre par ce que ça signifie que chacun doit remettre en question. C'est plus facile de voter pour l'opposition....

  • frk987 il y a 6 mois

    Renzi c'est du même niveau que FH en plus jeune, mais la même incapacité à gouverner. Finalement les italiens vont finir par regretter Berlusconi !!!