Municipales - Bastia : Zuccarelli et Simeoni à couteaux tirés

le
0
À Bastia, Jean Zuccarelli, le fils du maire sortant, pourrait ne pas succéder à son père.
À Bastia, Jean Zuccarelli, le fils du maire sortant, pourrait ne pas succéder à son père.

Vingt-neuf petites voix d'écart. Jamais le scrutin à Bastia n'aura été aussi serré et aussi mal engagé pour la famille Zucarelli. Jean (PRG-PC), fils du maire sortant et ancien ministre Émile Zuccarelli, se trouve dans une situation bien inconfortable. Arrivé en tête du premier tour avec 32,5 % des suffrages, il est talonné de très près par Gilles Simeoni, tête de liste du parti nationaliste modéré Inseme per Bastia. Le fils du célèbre militant Edmond Simeoni arrive en seconde position pour une poignée de bulletins de vote (32,33 %). "Je suis extrêmement satisfait. La victoire est en marche !" a-t-il proclamé dimanche soir à la lecture des résultats. C'est incontestablement une performance pour l'avocat d'Yvan Colonna, porté par une dynamique qui se confirme à chaque scrutin. Il réalise ainsi plus du double de son score de 2008 et cloue sur place le dauphin désigné par ascendant, dans une élection qui a littéralement passionné les foules, avec un taux de participation perché à 80 %.Négociations serréesDepuis le début de la campagne, la situation plus que tendue dans la ville-préfecture de Haute-Corse confirme les mauvaises prédictions des sondeurs pour Jean Zuccarelli, plus vraiment favori de la course. Un suspense attisé par le score du troisième qualifié, le dissident PRG François Tatti, (14,65 %), qui tient entre ses mains la clef du second tour et sans doute une part de revanche personnelle. L'ex-adjoint d'Émile...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant