Municipales à Nantes - Recul de la gauche : il y aura deux tours...

le
0
Jean-Marc Ayrault et son épouse Brigitte lors du premier tour des municipales à Nantes, le 23 mars 2014.
Jean-Marc Ayrault et son épouse Brigitte lors du premier tour des municipales à Nantes, le 23 mars 2014.

Sans surprise, les deux listes PS et UMP sont arrivées en tête. Celle conduite par Johanna Rolland, héritière désignée de Jean-Marc Ayrault, remporte 34,51 % des voix et celle menée Laurence Garnier, le nouveau visage de la droite, rassemble 24,16 % des suffrages. Ce sont - au moins - deux trentenaires qui s'affronteront pour le second tour. Sauf coup de théâtre, le PS gardera la ville.

L'élection ne mobilise pas

Craignant les effets redoutables d'une abstention différentielle (c'est-à-dire une démobilisation électorale défavorable au pouvoir en place), la candidate socialiste Johanna Rolland fait de la lutte contre l'abstention un de ses points programme. La participation reste basse. Cette année, seuls 54,49 % des électeurs se sont déplacés pour aller voter. C'est un peu moins qu'en 2008, où ils avaient été 55,13 %. L'élection municipale mobilise traditionnellement moins d'électeurs nantais que les présidentielles, qui avaient atteint en 2012 un taux de participation de 80,76 %. Il est par ailleurs intéressant de noter que le corps électoral s'est légèrement érodé avec 181 897 électeurs inscrits, soit 1 614 électeurs de moins qu'en 2008 (ils étaient 183 511).

Les grands partis reculent

PS et UMP vont avoir du mal à se réjouir de ce résultat de premier tour. Alors que Jean-Marc Ayrault avait rassemblé 55,71 % des voix au premier tour de 2008, la tête de liste PS ne recueille que 34,51 % des voix cette fois-ci. Un score...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant