Municipales : à l'UMP, sourires sur scène, poignards en coulisses

le
0
Municipales : à l'UMP, sourires sur scène, poignards en coulisses
Municipales : à l'UMP, sourires sur scène, poignards en coulisses

La belle photo d'une famille unie et rassemblée. Loin, très loin de la guerre intestine qui continue de ronger le parti. Voilà la carte postale que vont tenter de présenter ce soir Jean-Pierre Raffarin, François Fillon et Jean-François Copé à Strasbourg, à l'occasion d'un grand meeting commun pour soutenir la chef de file locale, Fabienne Keller.

L'initiative est noble, mais elle ne convainc plus personne depuis que les accusations du « Point » contre Jean-François Copé ont ravivé tous les vieux démons du premier parti d'opposition. Un président de l'UMP encore plus fragilisé depuis sa tonitruante sortie de lundi -- où il a riposté en exigeant la transparence des comptes pour tous les partis politiques -- qui n'a même guère convaincu dans son propre camp.

«Ca va plomber Keller»

« Le meeting de Strasbourg devait servir de boosteur à Fabienne Keller dans la dernière ligne droite de sa campagne. Compte tenu des circonstances, de l'image déplorable que nous donnons à nouveau, ça va la plomber plus qu'autre chose, grince une de ses amies sénatrice. Franchement, elle n'avait pas besoin de cela, d'autant que Strasbourg est vraiment gagnable et que la victoire peut se jouer à très peu de chose. »

Alors ce soir, à la tribune du centre culturel Marcel-Marceau, les trois ténors tenteront bien de mettre les basses affaires du parti en sourdine. « A trois semaines des municipales, l'instant est à la mobilisation générale et rien d'autre. On le doit à nos candidats, nos sympathisants et nos électeurs », tonne le député filloniste Jérôme Chartier, assurant que l'ancien Premier ministre ne s'exprimera que sur la situation économique de la France, la « déliquescence du pouvoir socialiste » et la nécessité d'une « alternance pour redresser le pays ».

L'heure des règlements de comptes, d'exiger de Copé des explications claires sur les accusations de surfacturations au profit d'une société amie, « ce sera pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant