Municipales 2014 : rose morose au PS

le
0
Harlem Désir et le Parti socialiste sont en plein doute après le 1er tour catastrophique des municipales.
Harlem Désir et le Parti socialiste sont en plein doute après le 1er tour catastrophique des municipales.

Elles étaient censées redonner un peu de baume au coeur à un PS englué dans l'impopularité du pouvoir exécutif et qui cherchait de quoi se consoler. Un bon résultat de la gauche à ces élections municipales aurait prouvé au moins qu'il existerait des élus socialistes appréciés par les Français pour leur travail sur le plan local et présentant de bons bilans. Mais non, le premier tour des municipales n'a pas servi d'antidépresseur pour Solférino, mais a seulement fait office de faire-part funéraire. Entre un FN qui améliore grandement son résultat de 2008 et qui multiplie par dix les triangulaires au second tour, et surtout une UMP reboostée par les résultats étonnants de certains de ses candidats dans des villes "ouvrières" comme Saint-Étienne ou Clermont-Ferrand, aucun signe positif n'est à mettre à l'actif du PS. Tout un symbole, le maire sortant UMP du Havre Édouard Philippe est réélu dès le premier tour dans une ville qui avait pourtant massivement voté à gauche en 2012.Au regard des résultats de dimanche dernier, ce n'est même plus seulement le vote des classes populaires en faveur du FN qui ressort, mais le "tout sauf le PS" quand il s'agit de glisser l'enveloppe dans l'urne. Le parti au pouvoir à l'échelle nationale est dépassé tant par sa droite que par sa gauche et ressemble à un vieux rafiot collectionnant les avaries et pouvant être en péril sur les lacs les plus paisibles. Car même sur un espace d'eau douce et calme,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant