Municipales 2014 - Paris : Charles Beigbeder nuit-il vraiment à l'UMP ?

le
0
Charles Beigbeder, meilleur ennemi de NKM ?
Charles Beigbeder, meilleur ennemi de NKM ?

C'est fait, Charles Beigbeder n'appartient plus à l'UMP. Jean-François Copé, qui raconte avoir tout fait pour raisonner l'ami rebelle, a pris mercredi dernier ses "responsabilités" et signifié son exclusion à celui qui prétend faire concurrence à Nathalie Kosciusko-Morizet pour la mairie de Paris. Au passage, le semblant d'unité que la droite locale tentait de constituer vole en éclats. Émoustillés par le chef d'entreprise, les laissés-pour-compte de tous les arrondissements se sentent pousser des ailes. Mieux que des dissidents, les voilà désormais révolutionnaires. "Paris libéré !" s'exclament-ils, brandissant la promesse de listes "alternatives" sur l'ensemble des circonscriptions. Dans le 16e, David Alphand vient d'officialiser la sienne face au maire sortant et candidat désigné de la droite Claude Goasguen. Logiquement, l'UMP condamne et déplore le risque de défaite provoqué par cette nouvelle division. En coulisse cependant, le parti s'interroge sur le danger réel ou pas représenté par la dissidence de Beigbeder. Car, comme le souligne un secrétaire national, "la sociologie parisienne est de telle sorte constituée que deux types d'électorat de droite s'y croisent sans toujours se rejoindre." En simple : la droite libérale, proche du centre, et la droite conservatrice, souvent catholique, parfois proche des extrêmes. La première soutient NKM, la seconde ne montre guère d'enthousiasme envers celle qui s'est abstenue sur la question...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant