Municipales 2014 - Metz : le pavé dans la mare de Jean-Marie Rausch

le
0
Jean-Marie Rausch ne s'est pas remis de sa défaite de 2008. Il était maire de Metz depuis 1971.
Jean-Marie Rausch ne s'est pas remis de sa défaite de 2008. Il était maire de Metz depuis 1971.

En confiant au Point qu'il ne voterait pas pour Marie-Jo Zimmermann, investie par l'UMP à Metz, Jean-Marie Rausch sème le trouble à droite. "Je considère comme impossible qu'une candidate, aussi intelligente soit-elle, après une carrière d'enseignante dans un pensionnat puisse convenablement gérer une ville dotée d'un budget de plus de 200 millions d'euros", considère celui qui régna sans partage durant 37 ans sur les affaires de la ville.Battu en 2008 par le socialiste Dominique Gros, "JMR", comme on le surnomme ici, avait fait à l'époque les frais des divisions de son camp. Soutenu alors par l'UMP, Jean-Marie Rausch, qui briguait un septième mandat à près de 78 ans, avait eu à affronter trois listes concurrentes à droite : celle de la députée Marie-Jo Zimmermann (UMP), qui avait pris le risque de la dissidence avec son parti, celle de son ancienne première adjointe Nathalie Griesbeck, députée européenne et candidate du MoDem, et celle d'Emmanuel Lebeau, candidat indépendant classé divers droite. Les trois listes avaient fusionné entre les deux tours pour se présenter au second contre la liste Rausch. Les socialistes étaient finalement sortis vainqueurs de cette triangulaire. Accusé de vouloir faire le mandat de trop, le maire sortant, dont nul ne contestait le bilan, ratait ainsi sa sortie. Depuis la fin de la guerre, jamais la gauche n'avait été majoritaire à Metz."Un vilain tour" Brisant le silence qu'il s'était imposé...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant