Municipales 2014 - Levallois : Courson, un Zorro contre Balkany

le
0
Depuis plus d'un an, le candidat divers droite Arnaud de Courson bat la campagne pour tenter de ravir la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) à Patrick Balkany.
Depuis plus d'un an, le candidat divers droite Arnaud de Courson bat la campagne pour tenter de ravir la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) à Patrick Balkany.

"Vous êtes qui ?" Lancée à la volée dans une rue de Levallois-Perret, l'interrogation du député-maire Patrick Balkany a outré son rival divers droite Arnaud de Courson, en lice pour l'élection municipale. Cinq mois après, le conseiller général des Hauts-de-Seine ne décolère pas d'être ainsi méprisé : "Je suis juste le mec qui a battu sa femme Isabelle aux élections cantonales ! Non mais je rêve !" Trois ans après, ce chef d'entreprise féru de rugby rêve de transformer l'essai en plaquant à terre Patrick Balkany lors des élections des 23 et 30 mars. "Nous allons gagner cette élection ! Moi, je suis dans le business, je ne suis pas un grand-père enfermé dans mon bureau", lance Courson, 50 ans, cadet de 15 ans de Patrick Balkany. Et de poursuivre : "Balkany, c'est le mec du passé. C'est 36 15 Balkany." "Balkany bashing"Patron d'une société de chasseurs de têtes, père de trois filles, Arnaud de Courson n'en est pas à sa première campagne contre l'ami de Nicolas Sarkozy. Dès 1995, il brigue un premier mandat en rejoignant la campagne victorieuse d'Olivier de Chazeaux. Il restera adjoint au maire jusqu'à sa démission de la majorité municipale en 1999 après un gros différend sur la gestion des dépenses publiques. À force de l'avoir affronté sur la scène politique municipale, Courson manie bien le "Balkany bashing" devant les journalistes. Mais face aux Levalloisiens dont la majorité apprécie leur maire, pas question d'employer des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant