Municipales 2014 : la droite confiante dans la reconquête du Sénat

le
2
Municipales 2014 : la droite confiante dans la reconquête du Sénat
Municipales 2014 : la droite confiante dans la reconquête du Sénat

La vague bleue qui a emporté le Parti socialiste dimanche, à l'issue du second tour des municipales, pourrait bien submerger également le Sénat. Par effet ricochet, la Haute Assemblée, dont la gauche avait pris les commandes pour la première fois de son histoire en septembre 2011, est susceptible de redevenir le bastion traditionnel de la droite.

L'UMP a sorti sa calculette, et elle y croit. Dès dimanche soir, Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé, le claironnait : «D'après nos calculs, le Sénat devrait repasser à droite en septembre, vu le nombre de villes de plus de 9000 habitants, pourvoyeuses de grandes électeurs, qui ont basculé dans notre camp».

Le truculent sénateur Pierre Charon (UMP) embrayait lundi matin sur RTL, se prenant à rêver de victoires «aux cantonales et aux régionales et on a suffisamment de villes pour la reconquête du Sénat». Sur Twitter, Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine, a rappelé les «conséquences directes» des résultats de dimanche.

#Municipales2014 - Revenons aux réalités car les municipales ont des conséquences directes sur les métropoles et sur le Sénat !? Patrick Ollier (@patrick_ollier) 31 Mars 2014

«De nouvelles équipes vont se mettre en place, qui vont avoir la responsabilité de retisser avec les territoires les liens que nous avions progressivement perdus», a déclaré dimanche le sénateur UMP et ancien président de la Haute Assemblée Gérard Larcher. «Il y a autour des villes dont on parle, les territoires ruraux», a-t-il ajouté, «il faut aussi y faire très attention car ils ont été abandonnés. Ce sera le rendez-vous des sénatoriales».

En septembre, lors du renouvellement partiel, 178 sur 348 sénateurs seront élus au suffrage universel indirect par un collège comprenant les députés, les conseillers généraux, régionaux, et des représentants des communes de leurs départements. Parmi eux, 96 sénateurs de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 31 mar 2014 à 11:06

    Le Sénat ne sert peut-être à rien sauf à souligner les incohérences du pouvoir (du reste même avec un sénat à gauche, le gouvernement s'est pris des claques) , comme le conseil constitutionnel.

  • M2280901 le lundi 31 mar 2014 à 10:21

    Commençons par supprimer ce Sénat qui ne sert à rien