Municipales 2014 : des villes sous pression financière

le
18

 

Les Français sont appelés aux urnes les 23 et 30 mars 2014
Les Français sont appelés aux urnes les 23 et 30 mars 2014

Les 23 et 30 mars, les Français sont appelés à élire leurs conseillers municipaux et leurs maires. Loin des excès de ces dernières années, les futurs élus de nos « chères » communes devront pour certains réfréner leurs propensions naturelles à dépenser.

La bataille des Municipales offre bien quelques duels politiques suivis de près par les médias nationaux : Anne Hidalgo contre Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris ou Jean-Claude Gaudin contre Patrick Menucci à Marseille. Mais au-delà des affrontements politiques classiques entre les partis, les maires, qu'ils soient de droite ou de gauche, devront le plus souvent affronter une situation financière sous contrainte. C'est la Cour des comptes qui a tiré l'alarme en octobre dernier : si l'endettement des administrations locales reste peu élevé en comparaison de celui de l'Etat (9,5% de l'endettement public), il existe des facteurs de déséquilibre inquiétants, en particulier les dépenses de fonctionnement qui atteignaient, en 2012, 35% du budget des administrations locales et 50% pour les communes ! A l'instar des départements et des régions, les maires sont clairement rappelés à l'ordre par les sages de la rue Cambon.

Selon l'Institut Montaigne qui a publié en décembre une étude sur la gestion des dix plus grandes villes françaises, leurs dépenses ont ainsi progressé en moyenne plus vite que l'inflation : +28% sur la période 2002-2012. Si les cas de surendettement sont rares, Paris (qui est aussi un département), Nice, Bordeaux et Lille se montrent particulièrement dépensières avec un budget dépassant 2000 euros par habitant. Contrairement à l'Etat, les mairies ne peuvent pourtant s'endetter pour régler leurs dépenses de fonctionnement (risque de placement sous tutelle de l'Etat) mais les mairies n'ont pas lésiné sur les grands travaux au cours de la dernière décennie.

Selon cette étude, la dette des dix plus grandes villes françaises a augmenté de 1 milliard depuis 2008 pour atteindre 7 milliards. Si ces villes consacraient la totalité de leur capacité d'autofinancement à rembourser leur dette, il faudrait 1,2 année à Strasbourg, 4 ans à Paris et Lyon et 12 ans à Marseille et Lille pour se désendetter complètement. Et l'Institut d'expliquer que les marges de man½uvre financière, qui passeraient par une hausse des impôts locaux (taxe foncière et taxe d'habitation) et un accroissement des transferts financiers de l'Etat, sont quasi-nulles. Dans un contexte de ras-le-bol fiscal, les futurs maires n'auront guère le choix que de faire des économies coûte que coûte pour contenir la hausse de l'endettement de leurs villes respectives. Après le temps de la campagne et des promesses de dépenses, viendra le temps de la gestion sous contrainte financière.

Retrouvez notre page spéciale consacrée aux Municipales 2014 : flux de dépêches, vidéos etc. pour suivre au plus près l'actualité de la campagne. 

J.G

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M601364 le lundi 31 mar 2014 à 17:39

    Lille endetté curieux

  • M4358281 le vendredi 28 mar 2014 à 14:50

    DES SALLES POLYVALENTES QUI NE SERVENT PAS ;;DES RONDS-POINTS TOUS LES 50M ...ETC ETC

  • M4358281 le vendredi 28 mar 2014 à 14:49

    DES SALLES POLYVALENTES QUI NE SERVENT PAS ;;DES RONDS-POINTS TOUS LES 50M ...ETC ETC

  • M4179759 le vendredi 14 mar 2014 à 12:17

    A Marseille, notre cher maire M. Gaudin n'a rien trouvé de mieux que de nous mettre un tram sous la rue de rome, alors que cette rue est déjà désservie par deux métros en sous sol. Sans compter le stade que l'on est en train de couvrir. evidemment on va nous dire qu'il s'agit de partenariat public privé et les cout sont donc pas comptabilisé dans la dette. Mais bon il fraudra bien payer un jour.

  • M9390997 le jeudi 13 mar 2014 à 15:30

    Il faudrait par commencer de stopper la construction de stades qui ruine les communes (Le Mans par exemple) De plus, ce sport est extrêmement dangereux pour le squelette de l enfant sans parler de l esprit. Maintenant, nos élus ont trouvés un autre joujou, le tramway

  • M5144843 le jeudi 13 mar 2014 à 14:53

    Nos "chers"dirigeants font montre d'irresponsabilité avec notre argent: il n'y a qu'à les mettre sous tutelle comme les handicapés mentaux et trouver un procédé pour interdire le clientélisme!!!

  • lilian92 le jeudi 13 mar 2014 à 14:16

    Bien sur que l'on peut et que l'on doit réduire les effectifs qui sont la plupart du temps pléthorique, " des nids de féniasses"Les cantonniers ce matin je les voyais,sur quatre 1 seul travaillait, les autres regardaient.La semaine dernière ,concernant la communauté de communes sur cinq 1 seul travaillait ...

  • OSS119 le jeudi 13 mar 2014 à 13:21

    Un bon Maire est un Maire qui dépense peu !

  • jbellet le jeudi 13 mar 2014 à 11:41

    qui peut me dire comment peut on réduit les effectifs dans la fonction territoriale ? rappelle la mise en place des rythmes scolaires imposée par l’incompétent ministre de l'éducation va imposer aux communes d’embaucher....

  • sergela3 le jeudi 13 mar 2014 à 10:46

    le bon sens voilà les seuls critères pour voter-Désendettement-Plus de hausse d'impôt-Baisse des effectifs départs non remplacés