Municipales 2014 - Clichy : Didier Schuller, un repenti en campagne

le
0
J'ai changé. Je ne suis plus le même homme. Ma campagne est financée de façon tout à fait légale, assure Didier Schuller, candidat à la mairie de Clichy-la-Garenne.
J'ai changé. Je ne suis plus le même homme. Ma campagne est financée de façon tout à fait légale, assure Didier Schuller, candidat à la mairie de Clichy-la-Garenne.

"J'avais deux millions de francs. Deux gros Tupperwares remplis de billets de 500 francs." Ce jour de 1990, le jeune Didier Schuller enterre son trésor dans une forêt d'Alsace, au pied d'un immense épicéa, en vue de le remettre ensuite à Jacques Chirac, via son ami Patrick Balkany. Mais 48 heures plus tard, catastrophe : la terre est retournée, les boîtes en plastiques se sont envolées, délogées par des sangliers ! S'ensuit une chasse effrénée pour retrouver l'argent tiré d'une caisse noire basée à Zurich et "alimentée par les entreprises". Heureusement, il retrouve ses billets. Plus de vingt ans après, Didier Schuller reconnaît : "Après cette mésaventure, je n'ai plus jamais enterré de fric en forêt."*JouisseurLe candidat divers-droite à la mairie de Clichy (Hauts-de-Seine) a désormais tourné le dos à cette façon de faire de la politique, à la corruption organisée selon lui dans ce département dans les années 1980. "J'ai changé. Je ne suis plus le même homme. Ma campagne est financée de façon tout à fait légale", assure-t-il d'une voix forte, attablé dans un petit restaurant clichois. Son passé de patron de l'office HLM des Hauts-de-Seine, l'affaire Schuller-Maréchal, les valises de billets transportées pour financer les campagnes électorales, le clientélisme en politique... tout cela est derrière lui. Il faut dire que Schuller a payé l'addition au prix fort : sept ans d'exil volontaire dans les Caraïbes pour échapper à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant