Municipales 2014 : ces villes que la droite pourrait reprendre

le
0
L'UMP espère reprendre quelques villes perdues en 2008.
L'UMP espère reprendre quelques villes perdues en 2008.

L'impopularité de Hollande, le poids de la crise économique ou un bilan municipal très moyen... Les raisons ne manquent pas pour que certaines mairies socialistes soient perdues au profit de la droite en mars prochain. Tour d'horizon.Toulouse. La tête de liste UMP Jean-Luc Moudenc entend bien prendre sa revanche en mars 2014, lui qui avait été battu de justesse par l'actuel maire PS Pierre Cohen au second tour (49,58 % contre 50,42) il y a six ans. Le candidat de la droite pourra compter pour cela sur quelques flops de la municipalité, comme la propreté des rues loin d'être à son apogée ou le faux alibi écologique pour éteindre l'éclairage public en hiver qui a mécontenté nombre de Toulousains. Sans parler de l'affaire Merah, qui pèsera indéniablement sur le thème de la sécurité. Un domaine "droitisant" que la gauche socialiste ne maîtrise pas encore totalement. Le basculement de Toulouse constituerait néanmoins une surprise tant depuis deux ans Pierre Cohen mène une politique oecuménique parfois inspirée de celle de Gérard Collomb à Lyon. Saint-Étienne. La mandature de Maurice Vincent ne se termine pas sans heurt, loin de là. Récemment, à Noël, la conseillère municipale PS Farida Bacha a été écartée pour avoir soutenu une employée de la mairie qui avait fait une tentative de suicide au motif qu'elle aurait été victime de harcèlement moral. Le premier magistrat sortant devra aussi composer avec la crise...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant